Romances Inciertos, un autre Orlando | Un site d'actualité internationale

Un site d'actualité internationale

un site qui fait le tour de l'info 24h sur 24

La NASA affirme qu’un astéroîde potentiellement dangereux…

Imaginez un rocher de la taille d’un gratte-ciel parcourant  l’espace 15 fois plus vite que l’avion le plus rapide connu à ce jour.   Maintenant, imaginez ce rocher  filant...

La percée révolutionnaire d’un test universel contre…

Des scientifiques d’une université des États-Unis ont fait une percée qui pourrait révolutionner la façon dont le cancer est diagnostiqué. Une équipe de l’Université Johns Hopkins de Baltimore, Maryland,...

Romances Inciertos, un autre Orlando

Rencontre entre flamenco, jota, cabaret travesti de la Movida post-Franco ou musique baroque… Le spectacle Romances Inciertos, un autre Orlando de François Chaignaud et Nino Laisné offre un intense moment de rencontres. Entre érudition et mémoire séculaire des corps : une itinérance chorégraphique.

Avec Romances Inciertos, un autre Orlando, Le chorégraphe François Chaignaud et l’artiste et scénographe Nino Laisné livrent une pièce profondément interdisciplinaire. Point de rencontre entre époques, cultures, genres et aires culturelles, Romances Inciertos, un autre Orlando n’hésite par à enfreindre toutes les règles pour se faire rencontrer les mondes. Itinérance, Romances Inciertos conjugue ainsi danse, chant, musique. Présentée en première au festival La Bâtie (Genève) en 2017, la danse mobilisée va du contemporain au ballet de cour, en passant par le flamenco, le jota, le cabaret travesti de la Movida post-Franco. Comme une trainée de poudre, François Chaignaud embrasse les danses, les genres, les rôles. Car à la base, il y a l’Orlando de la chanson de geste, où la Chanson de Roland (XIe siècle français) résonne avec le jota (XIIe siècle espagnol). Mais il y a surtout l’Orlando (1928) de Virginia Woolf.

Romances Inciertos, un autre Orlando : une danse plurielle

L’Orlando de Virginia Woolf narre l’histoire d’un courtisan britannique vivant plusieurs siècles. De la moitié du 16e à la date de publication, 1928. Favori de la Reine Élisabeth Ière, il s’endort un jour pour se réveiller une semaine plus tard. Incarnation des modes, c’est un Orlando qui s’assoupit et revient au goût du jour, sous d’autres traits. Un Orlando qui s’endort en un lieu pour renaître plus loin, ailleurs, autrement. D’homme à femme, d’un siècle à l’autre, comme ces histoires qui se rejouent d’une culture à une autre. Dans le spectacle Romances Inciertos, un autre Orlando, François Chaignaud embrasse et embrase les strates de culture. Homme, femme, courtisan, travesti… François Chaignaud danse et chante, il est plusieurs. Sur scène, il est accompagné et porté par quatre musiciens (théorbe et guitare baroque, bandonéon, viole de gambe, percussions), tissant eux aussi des motifs musicaux en migration.

 

Lire la suite sur: http://www.paris-art.com

Updated: 28 décembre 2017 — 13 h 21 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un site d'actualité international © 2017 Newstrotteur.fr