Selon une étude, consommer régulièrement du poisson, améliore la qualité du sommeil et augmente le QI | Un site d'actualité internationale

Un site d'actualité internationale

un site qui fait le tour de l'info 24h sur 24

La NASA affirme qu’un astéroîde potentiellement dangereux…

Imaginez un rocher de la taille d’un gratte-ciel parcourant  l’espace 15 fois plus vite que l’avion le plus rapide connu à ce jour.   Maintenant, imaginez ce rocher  filant...

La percée révolutionnaire d’un test universel contre…

Des scientifiques d’une université des États-Unis ont fait une percée qui pourrait révolutionner la façon dont le cancer est diagnostiqué. Une équipe de l’Université Johns Hopkins de Baltimore, Maryland,...

Selon une étude, consommer régulièrement du poisson, améliore la qualité du sommeil et augmente le QI

Alimentation / Santé – Selon une étude menée par l’Université de Pennsylvanie, Les enfants qui mangent du poisson au moins une fois par semaine dorment mieux et ont des scores de QI supérieurs de 4 points en moyenne à ceux qui consomment moins ou pas du tout,

Des études antérieures ont montré une relation entre les oméga-3, les acides gras dans de nombreux types de poissons, et une intelligence améliorée, ainsi que les oméga-3 et un meilleur qualité de sommeil. Mais jamais auparavant il n’avait été démontré les liens évidents reliant ces différents éléments. Ce travail, dirigé par Jianghong Liu, Jennifer Pinto-Martin et Alexandra Hanlon, révèle le sommeil comme une voie de médiation possible, le chaînon manquant potentiel entre le poisson et l’intelligence.

“Ce domaine de recherche n’est pas assez bien développé, il est émerge à peine”, a déclaré Liu, auteur principal de l’étude et professeur agrégé de soins infirmiers et de santé publique.
Pour ce travail, un groupe de 541 enfants de 9 à 11 ans en Chine, 54% de garçons et 46% de filles, a rempli un questionnaire sur la fréquence de consommation de poisson au cours du dernier mois, avec des options allant de «jamais» à au moins une fois par semaine. ” Ils ont également pris la version chinoise d’un test de QI appelé l’échelle d’intelligence de Wechsler pour enfants, qui examine les compétences verbales et non verbales telles que le vocabulaire et le codage.

Leurs parents ont ensuite répondu à des questions sur la qualité du sommeil en utilisant le Questionnaire sur les habitudes de sommeil des enfants, qui incluait des sujets tels que la durée du sommeil et la fréquence des réveils nocturnes ou la somnolence diurne. Enfin, les chercheurs ont contrôlé l’information démographique, y compris l’éducation des parents, la profession et l’état matrimonial ainsi que le nombre d’enfants à la maison.

En analysant ces données, l’équipe de Penn a constaté que les enfants qui déclaraient consommer du poisson chaque semaine obtenaient 4,8 points de plus aux examens de QI que ceux qui disaient avoir «rarement» ou «jamais» consommé de poisson. Ceux dont les repas incluaient parfois du poisson ont obtenu une note de 3,3 points plus élevée. De plus, l’augmentation de la consommation de poisson était associée à moins de perturbations du sommeil, ce qui, selon les chercheurs, indique une meilleure qualité globale du sommeil.

“Le manque de sommeil ainsi qu’une mauvaise cognition est associé à un comportement antisocial”, a déclaré Raine, qui a des nominations à l’École des arts et des sciences et Penn’s Perelman School of Medicine. “Nous avons découvert que les suppléments d’oméga-3 réduisent le comportement antisocial, il n’est donc pas surprenant que le poisson soit derrière cela.”

Pinto-Martin, directeur exécutif du Centre d’initiatives de santé publique de Penn, ainsi que Viola MacInnes / professeure d’infirmerie à “Penn Medicine”, voit un fort potentiel pour les implications de cette recherche.

“Cela s’ajoute aux preuves de plus en plus nombreuses montrant que la consommation de poisson a des effets bénéfiques sur la santé et qu’elle devrait faire l’objet de plus de publicité et de promotion”, a-t-elle déclaré. “Les enfants devraient y être initiés dès le début.”Nous pourrions même penser à davantage l’associer à l’aliment des enfants dès l’âge de 2 ans, tant que le poisson n’a pas d’os et a été finement haché.
“Introduire le goût du poisson dans l’alimentation de l’enfant dès son plus jeune âge le rend plus acceptable, à un âge avancé”, affirme Pinto-Martin. «Il faut vraiment un effort concerté, en particulier dans une culture où le poisson n’est pas assez servi au déjeuner ou considéré comme les autres aliments, les enfants sont sensibles à l’odeur et s’ils n’y sont pas habitués, ils peuvent chercher à s’en défaire.

Étant donné le jeune âge de ce groupe d’étude, Liu et ses collègues ont choisi de ne pas analyser les détails rapportés par les participants sur les types de poissons consommés, bien qu’ils prévoient de le faire pour travailler sur un groupe plus âgée à l’avenir. Les chercheurs veulent également ajouter à cette étude observationnelle l’impact de la consommation du poisson dans la qualité du sommeil, une meilleure performance scolaire et d’autres résultats pratiques et réels.

Pour le moment, les chercheurs recommandent de consommer davantage de poissons dans les régimes alimentaires; sa consommation, même une fois par semaine, procure de meilleures performances intellectuelles et améliore la qualité de sommeil des individus , tel que défini dans l’étude.

“ce simple amélioration pourrait être beaucoup plus facile que de pousser les enfants à aller au lit”, a déclaré Raine. «Si le poisson améliore le sommeil, c’est bien, s’il améliore aussi les performances cognitives – comme nous l’avons vu ici – c’est encore mieux vous ne trouvez pas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un site d'actualité international © 2017 Newstrotteur.fr