Un site d'actualité internationale

un site qui fait le tour de l'info 24h sur 24

Les microbes pourraient transformer les “déchets” humains…

Nous avons tous eu de la mauvaise nourriture à un moment donné et pensé que ça avait vraiment un goût de “merde”. Les scientifiques vont porter les “excréments” à...
les-microbes-pourraient-transformer-les-dechets-humains-en-nourriture-pour-les-astronautes
taenum-solium-parasite-santé

Un parasite de 3 millimètres et ses…

SANTÉ – Avez-vous déjà entendu parlé de ce parasite dénommé ténia ou sous son autre nom, le vers solitaire? non? ce pauvre homme, lui s’en souviendra toute sa vie!...

L’ADN d’un homme mort de plus de 190 ans a été recréé sans ses restes physiques pour la première fois

Un groupe de chercheurs en Islande a réalisé un exploit révolutionnaire en génétique humaine. Ils ont recréé l’ADN d’un homme mort depuis plus de 190 ans et ce, sans avoir eu à utiliser ses restes.

La reconstitution de l’ADN dépend généralement des restes physiques d’une personne ou d’un animal mort, d’un tissu ou de n’importe quel autre élément biologique issu de l’individu. Cependant, des chercheurs de “deCODE Genetics” on réalisé cet exploit scientifique en regardant les parents de Hans Jonatan, un homme d’origine africaine qui a échappé à l’esclavage, s’est refugié en Islande, s’est marié et a eu deux enfants avant de mourir en 1827, selon un article de New Scientist.

Les chercheurs ont exploité les archives généalogiques de l’Islande et ont retrouvé jusqu’à 788 membres de la lignée familiale de Jonatan. Parmi ceux-ci, des échantillons d’ADN provenant de 182 descendants ont été analysés, les aidant à créer 38% du génome de la mère de Jonatan, ce qui représentait 19% de son propre ADN.

Les chercheurs ont également déduit que la mère de Jonatan était probablement originaire des pays africains du Bénin, du Cameroun ou du Nigeria.

Bien que cette réalisation soit la première en son genre, les chercheurs de différentes parties du monde ne sont pas sûrs de pouvoir la reproduire pour chaque personne décédée. Jonatan fut le premier homme d’origine africaine à s’installer en Islande et sa lignée familiale fut la seule à prospérer avant les années 1920 – ce qui rendit son cas très rare.

Les conditions uniques qui prévalaient à l’époque ont permis à deCODE de retrouver plus facilement l’ADN de son arbre généalogique parmi les autres Islandais, ce qui a finalement conduit à la reconstruction d’une partie de son génome.

Selon l’équipe de deCODE, la méthode pourrait être utilisée pour créer l’ADN de personnages historiques nés après 1500 avec des descendants connus.

«Tout dépend de la quantité de données dont vous disposerez», explique Kári Stefánsson de deCODE. “En principe, l’expérience aurait pu être fait à partir de n’importe quel territoire du monde, mais ce qui nous a facilité la tâche, c’est qu’à l’époque, il n’existait pas d’autres Africains.”

Au fur et à mesure que la technique se développera, les chercheurs espèrent l’utiliser pour combler les lacunes cruciales des arbres généalogiques, donnant ainsi un aperçu de la vie des personnes qui ont vécu il y a des siècles. D’un autre côté, cela devenir un outil de polémique, tous le monde n’acceptant pas leurs origines, mais il y a encore beaucoup de chemin à faire avant que ces problématiques ne se posent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un site d'actualité international © 2017 Newstrotteur.fr