Un jumeau sauve son frère en lui faisant don de plusieurs couches de peau

Une nouvelle vie s’offre à lui après avoir subit un grave incident: Franck brûlé sur la quasi-totalité du corps il y a un an et demi. son frère jumeau l’a aidé en lui faisant dont de plusieurs couches de peau, la réussite de la greffe offre également au monde de nouvelles opportunités d’interventions suite à ce type d’accidents.

 

En 2016, Franck Dufourmantelle s’était retrouvé brûlé à 95 %, après l’explosion d’un bidon sur son lieu de travail. « Son corps a pris feu et sa peau s’est consumée rapidement, à l’exception de son pubis et d’une partie de son crâne, rapporte Pourquoi Docteur. Ses organes vitaux menacés, son état était très critique ». Les médecins estimaient ses chances de survie à 1 %.

Les mauvaises nouvelles s’accumulent alors — risque défaillances d’organes, greffe durable avec don de tissus comme la peau impossible, moins de 1% de chance de survie pour ne pas dire zéro — raconte Eric.

Sauvé par un frère décidé à tout tenter

Les médecins, qui n’avait encore jamais vu le visage de Franck sans bandages, ne se doutaient pas de la gémellité des deux frères.  C’est l’insistance d’Eric à vouloir aider alors qu’il ne semblait plus y avoir d’espoir qui déclencha cette intervention chirurgicale inédite. Il revient à la charge: “Je suis son frère. Son frère jumeau quand même.”

Vrai jumeau ? Homozygote (même oeuf)? lui demande sans broncher un médecin. “J’ai répondu oui. Quelques heures après j’étais convoqué dans le bureau du Pr Mimoun”.

Les jumeaux homozygotes ayant le même capital génétique, la greffe de peau ne provoquerait pas de rejet.

“C’est la première fois qu’on réalise une greffe de peau entre jumeaux sur 95% du corps”, expliquait en novembre à l’AFP le Pr Maurice Mimoun, chef du service de chirurgie plastique et reconstructrice à l’hôpital Saint-Louis (AP-HP) à Paris, qui a mené l’opération.

Parties de ping-pong

Pour Franck, la rééducation va “continuer en libéral”. Il éprouve encore “une forme de gêne avec la sensation d’être dans une combinaison”. Sa peau doit encore s’assouplir. Des cures thermales sont prévues tous les ans et cela devrait durer “de dix à vingt ans”.

épaulé par son jumeau, avec lequel il se chamaille comme autrefois, et sa famille, Franck, 34 ans, va progressivement de l’avant même s’il sait qu’il va lui falloir renoncer au judo dont lui et son frère étaient pratiquants.

Eric, lui, ne conserve que quelques rougeurs sur le dos, traces de prélèvements de peau “pelée à vif”. Il les montre sans s’étendre sur les douleurs subies, sans regrets, pour permettre à son frère de vivre.

Le livre en dit plus, comme “quand une infirmière à la voix très douce (…) a entrepris de masser la tête”. “Une goutte d’eau dans un océan d’enfer”, raconte-t-il.

Sans l’hôpital public, ajoutent les deux frères, tout cela aurait été impossible: nous n’aurions jamais pu disposer des fonds nécessaires même en hypothéquant nos maisons.

Franck est désormais pacsé avec sa compagne Clémentine le 13 avril 2018, le jour même où il a quitté le centre de rééducation. Le couple projette de déménager pour “acheter la maison de nos rêves”, explique à l’AFP Franck qui, aux dires de son frère, fera “un très bon père”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

plages-cachees-newstrotteur
personnes-incroyables-newstrotteur
endroits-mysterieux-newstrotteur
science-inexpliquees-newstrotteur
mystères_jamais-resolues
hqdefault
Actualité