Allison Mack, l’actrice de ‘Smallville’ accusée de trafic sexuel a été libérée sous caution à hauteur de 5 Millions de dollars

une-actrice-de-smallville-accusee-de-trafic-sexuel-liberee-sous-caution-de-5-m

Un juge fédéral de Brooklyn a libéré mardi sous caution l’actrice Allison Mack à hauteur de 5 millions de dollars alors qu’elle fait face à des accusations de trafic sexuel pour le gourou de la secte NXIVM.

L’actrice de 35 ans, mieux connue pour son rôle dans Smallville, sera autorisée à purger une peine de détention à domicile chez ses parents à Los Alamitos, en Californie.

Une source proche du dossier que Mack devrait conclure un accord avec les procureurs pour fournir des informations sur Keith Raniere, le fondateur de NXIVM, une secte dont les activités seraient basées sur le développement personnel, implanté à AlBany dans l’état de New York dont le but déclaré est de “responsabiliser les gens”, mais dont certains membres ont été accusés d’agression sexuelles et de mise en esclavage de femmes.

Raniere a été arrêté le mois dernier sur des accusations fédérales de trafic sexuel, de conspiration de trafic sexuel et de complot de travail forcé. Il a nié les accusations.

“L’image qui est peinte dans les médias n’est pas la façon dont je connais notre communauté et mes amis, ni comment j’en fais l’expérience moi-même”, a déclaré Ranière dans un communiqué publié le mois dernier.

Mack a été arrêté vendredi sur les mêmes accusations. Elle a plaidé non coupable.

“Allison Mack a recruté des femmes pour rejoindre ce qui était censé être un groupe de mentorat féminin, qui a été créé et dirigé par Keith Raniere”, a déclaré l’avocat américain Richard P. Donoghue. “Les victimes ont ensuite été exploitées, à la fois sexuellement et pour leur travail, au bénéfice des accusés.”

Mack n’a pas commenté publiquement les accusations.

Les procureurs ont décrit la secte comme l’organisation d’un culte sexuel secret connu sous le nom de DOS, un acronyme latin qui se traduit vaguement par “Seigneur / Maître des Compagnons Féminins Obéissants”.

Les procureurs ont déclaré que les femmes étaient contraintes à prendre des photos sexuelles et à faire des confessions embarrassantes sur vidéo, qui seraient ensuite utilisées pour faire chanter les “esclaves” dans des actes allant du café au nettoyage à des rapports sexuels avec Raniere.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits divers

Articles récents

plages-cachees-newstrotteur
personnes-incroyables-newstrotteur
endroits-mysterieux-newstrotteur
science-inexpliquees-newstrotteur
mystères_jamais-resolues
hqdefault
Actualité