Comment les couche-tard risquent de mourir plus jeunes

comment-les-couche-tard-risquent-de-mourir-plus-jeunes

Veiller tard la nuit de manière régulière pourrait augmenter vos chances de mourir tôt, peut-on lire cette semaine dans nouvelle étude publiée dans Chronobiology International.

Etes-vous noctambule ? Une équipe de chercheurs explique avoir examiné les données d’une vaste étude en cours sur la population des résidents du Royaume-Uni – la UK Biobank Study. Cette dernière a pour but d’étudier le rôle de la prédisposition génétique et des contributions environnementales dans la prévalence des maladies. Environ un demi-million de participants se sont inscrits à cette étude s’étalant de 2006 à 2010, durant laquelle l’état de santé de chaque personne a été suivi. Les chercheurs ont spécifiquement examiné plus de 400 000 volontaires âgés de 38 à 73 ans, ayant répondu à la simple question de savoir s’ils étaient du matin ou du soir. Ces personnes ont ensuite été suivies pendant un peu plus de 6 ans.

Plus de 10 000 de ces personnes sont décédées au cours de la période d’étude. Si l’on observe ensuite le taux de mortalité des personnes selon le fait qu’elles étaient du matin ou du soir, les noctambules étaient environ 10 % plus susceptibles de mourir. Ils étaient par ailleurs  et de manière générale en plus mauvaise santé. «Veiller la nuit a été associé à la prévalence accrue d’une grande variété de maladies – y compris le diabète – et de troubles psychologiques, neurologiques, respiratoires et gastro-intestinaux», écrivent les auteurs. Bien que l’étude ne puisse pas répondre à la question du « pourquoi », d’autres recherches ont montré que les noctambules sont plus susceptibles de mal manger, d’agir avec impulsivité, de consommer des drogues et de l’alcool ou encore d’expérimenter le « jet lag social ». Étonnamment, les chercheurs n’ont trouvé aucune différence significative dans la durée du sommeil entre les différents groupes de la présente analyse.

«Nous pensons que c’est en partie dû à nos horloges biologiques, et que le problème est que les noctambules sont forcés de vivre dans un monde qui ne leur convient pas. Il y a un décalage entre l’horloge interne et le monde extérieur, et c’est un problème à long terme», explique l’auteure principale de l’étude Kristen Knutson, professeure agrégée de neurologie à la Feinberg School of Medicine de Northwestern (États-Unis). «Je pense qu’il est vraiment important de faire passer le message aux noctambules. Il peut y avoir des conséquences néfastes associées à ces habitudes. Les gens doivent être plus vigilants et privilégier un mode de vie plus sain».

Ce décalage auquel fait référence la professeure est en rapport avec le rythme circadien, ce processus biologique qui régit le corps au cours d’une journée de 24 heures. Celui-ci détermine les habitudes de sommeil, les niveaux d’énergie, les hormones et la température corporelle – entre autres choses importantes. «Il y a des moments idéaux ou optimaux pour que certaines choses se produisent», dit Knutson. «Empiéter sur vos horaires de sommeil peut considérablement perturber vos rythmes circadiens, qui à leur tour peuvent avoir des effets négatifs graves sur votre santé».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits divers

Articles récents

Santé

Des études précédentes ont mis en évidence le rôle importan ...

Clifford B. Saper, MD / PhD, directeur du département de ne ...

Les infections à la bactérie Salmonella , souvent causées p ...

plages-cachees-newstrotteur
personnes-incroyables-newstrotteur
endroits-mysterieux-newstrotteur
science-inexpliquees-newstrotteur
mystères_jamais-resolues
hqdefault

Actualité