La survivante de l’Holocauste qui a soigné Anne Frank décède à l’âge de 95 ans

anne-frank-gena-turgel-décédé-actualité-newstrotteur

Une survivante de l’holocauste qui a vécu quatre camps de concentration avant d’épouser un de ses libérateurs est décédée à l’âge de 95 ans.

Captive des camps de concentration, Gena Turgel est sortie de l’ombre après s’être marié à un soldat britannique à la fin de la guerre. Pendant son séjour en captivité, elle a soigné Anne Frank lorsqu’elle était mourante et s’est ensuite consacrée à enseigner aux écoliers les horreurs de l’Holocauste.

Karen Pollock, chef de la direction de l’Holocaust Educational Trust, a qualifié Mme Turgel de «belle, élégante, prête et inspirée». Elle a ajouté: «Gena a consacré sa vie à partager son témoignage avec des centaines de milliers d’élèves dans des écoles à travers le pays. Son histoire était difficile à entendre et difficile à raconter, mais il est difficile pour quiconque d’oublier ces récits après l’avoir écouté les raconter . Une lumière brillante est partie aujourd’hui et ne sera jamais remplacée.

Mme Turgel est née à Cracovie, en Pologne, en 1923, la plus jeune d’une fratrie de neuf enfants. Elle avait 16 ans lorsque les nazis ont envahi la Pologne le 1 er septembre 1939, déclenchant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été transférée dans le ghetto de Cracovie avec sa mère et ses quatre frères et sœurs et ils avaient juste un sac de pommes de terre, de la farine et quelques effets personnels. Un de ses frères a été abattu par les SS, un second a fui et n’a jamais été revu. Une soeur et son mari ont été abattus après avoir été surpris en train de transporter de la nourriture dans le camp de travail de Płaszów.

Mme Turgel, sa mère et une soeur furent finalement envoyées à Płaszów à l’hiver 1944. Plus tard, elle et sa mère ont été forcées de rejoindre une marche de la mort à Auschwitz-Birkenau laissant derrière elle une de ses soeurs. Ils ne l’ont jamais revue. En janvier 1945, Mme Turgel et sa mère ont passé quatre semaines dans une «marche de la mort» vers un autre camp de concentration, Buchenwald, avant d’être emmenées par un train de bétail à Bergen-Belsen.

Mme Turgel a dit quand elle est arrivée: « J’ai vu des tas de corps qui traînaient. Pas seulement un ou deux mais des montagnes aussi hautes qu’un arbre dans le jardin.  » Elle a travaillé à l’hôpital où elle soignait Anne Frank, dont les journaux intimes ont ensuite acquis une renommée internationale, alors que la jeune femme de 15 ans était en train de mourir du typhus.

Dans une interview avec la presse anglaise, Mme Turgel a dit que personne ne savait à l’époque qu’elle était si spéciale. Elle était affaiblie, fiévreuse, brûlante. «Je lui ai lavé le visage, lui ai donné de l’eau à boire et je peux encore voir ce visage, ses cheveux et à quoi elle ressemblait. Bergen-Belsen a été libéré par l’armée britannique le 15 e Avril 1945.

Parmi les libérateurs se trouvait Norman Turgel, qui a épousé Mme Turgel six mois après l’avoir trouvée. Sa robe de mariée, fabriquée à partir d’un parachute de l’armée britannique, est maintenant exposée au Imperial War Museum de Londres. En 1987, Mme Turgel a publié son histoire dans un livre intitulé «J’allume une bougie».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits divers

Articles récents

Santé

Des études précédentes ont mis en évidence le rôle importan ...

Clifford B. Saper, MD / PhD, directeur du département de ne ...

Les infections à la bactérie Salmonella , souvent causées p ...

Les ingénieurs biomédicaux de l’Université de Duke ont déco ...

plages-cachees-newstrotteur
personnes-incroyables-newstrotteur
endroits-mysterieux-newstrotteur
science-inexpliquees-newstrotteur
mystères_jamais-resolues
hqdefault

Actualité