Le risque de mourir pendant la grossesse est cinq fois plus élevé chez les femmes atteintes d’épilepsie

grossesse-epilepsie-santé-newstrotteur

Le risque de mourir pendant la grossesse est négligeable pour la Danoise moyenne, mais si la femme en question est épileptique, la probabilité doit être multipliée par cinq. 

C’est le résultat central présenté dans une étude épidémiologique complète à laquelle sont parvenus les chercheurs de l’Université d’Aarhus, spécialistes de la santé.

L’étude a récemment été publiée dans la revue Neurology et montre que sur environ deux millions de femmes enceintes – dont 12 000 femmes souffrant d’épilepsie -, 176 femmes sont décédées au cours de leur grossesse. Cinq d’entre eux étaient atteints d’épilepsie, ce qui signifie que les femmes atteintes d’épilepsie constituent un groupe à risque que nous devrions envisager de suivre de plus près, a déclaré l’un des chercheurs à l’origine de l’étude, Jakob Christensen. Il est professeur agrégé de clinique au département de médecine clinique de l’Université d’Aarhus et consultant au département de neurologie de l’hôpital universitaire d’Aarhus.

« Bien que le risque absolu soit faible, nous devons réfléchir aux moyens de suivre les femmes enceintes atteintes d’épilepsie mieux qu’aujourd’hui », a déclaré Jakob Christensen.

Selon l’étude, les femmes enceintes atteintes d’épilepsie meurent pratiquement des mêmes conditions et événements que les femmes non atteintes d’épilepsie – allant d’accidents à la formation de caillots de sang, au cancer et au suicide, bien qu’avec une plus grande fréquence.

« Nous ne pouvons pas produire de statistiques sur les causes de décès sur la base de cinq femmes enceintes décédées atteintes d’épilepsie, mais nous pouvons conclure avec une grande certitude statistique que les femmes enceintes atteintes d’épilepsie meurent cinq fois plus souvent que les autres femmes enceintes », explique Jakob Christensen.

Les résultats de la recherche doivent être considérés à la lumière du fait qu’en général, les personnes atteintes d’épilepsie ont un taux de mortalité plus élevé que le reste de la population. Dans l’ensemble, le taux de mortalité des femmes en âge de procréer est quinze fois plus élevé.

Le risque relatif de décès est donc plus faible pour les femmes épileptiques qui sont également enceintes par rapport à toutes les femmes épileptiques, ce qui, comme le souligne Jakob Christensen, peut s’expliquer par le fait que ce sont toujours les femmes les plus en santé qui tombent enceintes.

« En tant que femme atteinte d’épilepsie, vous êtes d’une part associée à un traitement neurologique hautement spécialisé dans un hôpital, tandis que, d’autre part, vous avez besoin d’un suivi de votre médecin généraliste. Les patientes dans cette situation risquent de tomber entre deux selles et un service médical estime que l’autre assume la responsabilité globale et vice-versa, ce qui pourrait expliquer en partie l’augmentation de la mortalité, particulièrement chez les personnes atteintes d’épilepsie qui souffrent simultanément de troubles mentaux. maladie – quelque chose qui est malheureusement bien documenté, par exemple chez les patients suédois atteints de maladie mentale », déclare Jakob Christensen.

« Dans le même temps, nous devons tenir compte du fait que la grande majorité des femmes enceintes atteintes d’épilepsie reçoivent des médicaments et sont étroitement surveillées pendant la grossesse, ce qui contribue probablement à réduire la mortalité globale, car une surveillance étroite signifie une meilleure gestion de la leurs crises d’épilepsie « , dit-il.

L’étude a été menée en étroite collaboration entre Jakob Christensen, qui rencontre les patients dans la réalité clinique, le statisticien Claus Høstrup Vestergaard de l’unité de recherche en médecine générale du département de santé publique et le professeur agrégé Bodil Hammer Bech, qui travaille avec l’épidémiologie à le ministère de la santé publique.

Sur le plan méthodique, le groupe de recherche a examiné un total de 2 110 084 grossesses entre 2000 et 2013. Parmi ces grossesses, 11 976 (0,6%) étaient des grossesses chez des femmes atteintes d’épilepsie; dans tous les cas, le « décès lié à la grossesse » a été défini comme le décès pendant la grossesse et jusqu’à 42 jours après la fin de la grossesse. La mortalité chez les femmes atteintes d’épilepsie a été comparée au taux de mortalité des femmes du même âge et du même milieu social.

L’étude danoise est le résultat d’un certain nombre d’études inquiétantes menées aux États-Unis et au Royaume-Uni, qui font état d’une multiplication par dix du risque de décès des femmes enceintes atteintes d’épilepsie. Mais les choses ne semblent pas aussi mauvaises au Danemark.

« Même s’il peut être difficile de comparer le Danemark avec les États-Unis et le Royaume-Uni parce que les systèmes de santé sont construits différemment, l’étude indique qu’au Danemark, nous sommes mieux à même de traiter les femmes enceintes atteintes d’épilepsie qu’aux États-Unis. et le Royaume-Uni, dont nous devrions naturellement nous réjouir.

Mais cela n’a guère de consolation pour les femmes danoises enceintes souffrant d’épilepsie, qui courent encore un risque nettement accru de perdre la vie pendant leur grossesse. Et je pense vraiment que nous devrions nous intéresser à cela en tant que médecins « , déclare Jakob Christensen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits divers

Articles récents

Santé

Des études précédentes ont mis en évidence le rôle importan ...

Clifford B. Saper, MD / PhD, directeur du département de ne ...

Les infections à la bactérie Salmonella , souvent causées p ...

Les ingénieurs biomédicaux de l’Université de Duke ont déco ...

plages-cachees-newstrotteur
personnes-incroyables-newstrotteur
endroits-mysterieux-newstrotteur
science-inexpliquees-newstrotteur
mystères_jamais-resolues
hqdefault

Actualité