Maison / Sport / Le triomphe du Tour de France de Geraint Thomas montre qu'il ne peut plus être enchaîné

Le triomphe du Tour de France de Geraint Thomas montre qu'il ne peut plus être enchaîné

Suivre
( 0 Abonné(e)s )
X

Suivre

E-mail : *

Tellement souvent la demoiselle d'honneur mais jamais la mariée. Le triomphe du Tour de France de Geraint Thomas voit la merveille galloise jeter ses gants de vaisselle et saluer au revoir ses jours de repos.
Dimanche était son jour à éblouir en blanc – ou plutôt, jaune. Il a parcouru l'allée de la ligne d'arrivée le long des Champs-Elysées pour un titre inaugural de Grand Tour.
Son voyage est réconfortant, mais aussi rare. Dans presque tous les sports individuels, le succès est à la fois le moteur et la prérogative d'un athlète. Tennis, golf, boxe – pour arriver au sommet dans l'un d'entre eux nécessite une volonté d'acier et de volonté de fer pour gagner.
Bien que dans les trois il existe un talent en abondance – certains étant destinés au sommet et d'autres occupant leur profession, se contentant de vivre au-dessus de la moyenne et de subvenir aux besoins de leur famille – il y a tout un chacun.
Pour les cyclistes, cependant, la joie et l'argenterie sont réparties entre un très petit nombre. Derrière chaque Chris Froome ou Mark Cavendish, Miguel Indurain ou Eddy Merckx, il y a une roue de secours qui passe toute une carrière consacrée à être un rouage de la machine.
Mark Renshaw de Dimension Data ou Fabio Sabatini de Quick-Step Floors, par exemple, sont considérés comme deux des meilleurs meneurs de l'industrie. Ce sont les grappeurs qui dictent souvent le rythme des sprints et mènent régulièrement les courses dans les dernières étapes.
En fin de compte, cependant, ils sont là pour manœuvrer les vedettes de leurs équipes en position. Leur travail acharné est inévitablement dépassé par la gloire accordée à Mark Cavendish ou Elia Viviani.
Sensationnel!!! Unreal, je n'ai pas de mots pic.twitter.com/T4qgpIMenQ- Geraint Thomas (@ GeraintThomas86) 28 juillet 2018

Un «domestique» est un terme cycliste qui décrit un coureur qui travaille pour son équipe et son chef, plutôt que d'essayer de gagner la course lui-même. En français, le mot traduit par «serviteur». Domestiques devraient uniformément tomber dans la ligne.
Mais Thomas a refusé d'accepter son destin. Il ne l'a pas fait à cause de la désobéissance ou de l'insatisfaction découlant d'un acte de soutien. Il a forcé Team Sky à le prendre au sérieux en tant que leader avec son dévouement et ses progrès.
Au Tour de l'année dernière, il a remporté le premier contre-la-montre et a porté le jaune pendant les quatre premiers jours. Il l'a abandonné à son coéquipier Chris Froome à la 5e étape avant d'être forcé d'abandonner sa candidature. sa clavicule.
En avance sur le Tour cette année, il a marqué son ambition et sa forme en remportant le Criterium du Dauphine – remporté par les pilotes Sky Bradley Wiggins (2012) et Froome (2013, 2015 et 2016) en route vers le triomphe du Tour.
Au lieu de se contenter d'être un serviteur, il a plutôt servi de preuve lors de ce Tour de sa capacité et de son émergence en tant que coureur vraiment complet.
Tellement de cyclisme est spécialisé, mais Thomas est un vrai polyvalent – un grimpeur, sprinter et chronométreur.
La preuve a été jonchée tout au long qu'il était le meilleur cavalier. En montagne, il a gagné deux fois dans les Alpes lors de la deuxième semaine pour arracher le maillot jaune de Greg Van Avermaet.
Les jambes devenant de plus en plus lourdes à mesure que le Tour montait dans les Pyrénées pour la troisième et dernière semaine, les genoux s'affaiblissaient. Froome s'est évanoui. Mais tandis que ceux qui l'entouraient, comme Nairo Quintana, bouclaient, Thomas semblait juste devenir plus fort.
Il y avait plus de 5 000 m d'escalade sur la scène 19, le dernier jour dans les Pyrénées, avec les qualifications de Thomas testées par Tom Dumoulin, qui a essayé à deux reprises d'attaquer le maillot jaune, mais Thomas est resté sur sa roue.
Alors que le Gallois a répondu, Froome a chuté de 30 secondes en arrière. Thomas a même eu assez de gaz à la fin de sprint Dumoulin à la bagarre à Laruns pour terminer deuxième derrière le vainqueur de l'étape Primoz Roglic, ramassant six secondes de bonus et d'étendre son avance au général.
Alors qu'il pédalait plus près du titre général de la Classifcation, on prêchait avec précaution le potentiel de Dumoulin de l'équipe Sunweb à s'emparer de Thomas alors qu'il se frayait un chemin vers l'avant-dernier contre-la-montre, sa spécialité.
Le Néerlandais est le champion du monde en titre, mais les douteurs de Thomas oublient le fait qu'il est devenu champion britannique plus tôt cette année et a grimpé à l'or dans le maillot rouge du pays de Galles aux Jeux du Commonwealth de 2014.
Il avait une bonne avance mais devait se méfier du dangereux Dumoulin. En fin de compte, le champion du Giro d'Italia 2017 – également un adepte polyvalent – n'a pris que 14 secondes sur l'avance de Thomas '2' 05 ".
Thomas aurait même pu gagner la spéciale mais visiblement relâché vers la fin du parcours pour se contenter de la troisième place, sachant que le prix ultime était le sien.
Il s'est transformé d'un domestique fiable en un chien de haut niveau, ce qui n'est pas une mince affaire.
Thomas, l'adepte des grimpeurs, a franchi ce mois-ci des obstacles redoutables sous la forme d'opposants et de redoutables montagnes françaises.
Nous venons pour vous Paris! ?? pic.twitter.com/wltr1giQFa- Luke Rowe (@ LukeRowe1990) 29 juillet 2018

La légendaire Alpe d'Huez et le Col de Tourmalet ne sont pas pour les cœurs sensibles.
Mais ils pourraient avoir l'impression d'une promenade roulante et relaxante le long de la rivière par rapport à certaines des hauteurs mentales que Thomas a dû conquérir pour arriver à ce point.
Il est le troisième vainqueur britannique du Tour de France. Et il a consacré une grande partie de sa carrière professionnelle à la construction de ses compatriotes et de ses coéquipiers. Froome a remporté Le Tour quatre fois et trois fois de suite entre 2015 et 2017. Une grande partie de son triplé épique est due au travail d'équipe inlassable de Thomas.
Même avant cela, comme il s'est établi dans ses années formatrices de ciel, il a contribué au succès de Wiggins – qui a fait l'histoire en tant que premier Britannique à gagner la course sanctifiée.
Comme de plus grands noms ont suivi le succès, Thomas a peiné. Mais maintenant il les a renversés. C'est maintenant l'époque de Thomas.

Source

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

La signature estivale de Manchester United qualifie de "bonne affaire" après avoir impressionné ces fans contre Leeds james wan bissaka 310x165

La signature estivale de Manchester United qualifie de "bonne affaire" après avoir impressionné ces fans contre Leeds

Suivre ( 0 Abonné(e)s ) X Suivre E-mail : * Suivre Ne plus suivre La …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *