Maison / A la une / 5 points à surveiller lors de la publication du rapport Mueller’s Trump-Russia

5 points à surveiller lors de la publication du rapport Mueller’s Trump-Russia

Suivre
( 0 Abonné(e)s )
X

Suivre

E-mail : *

procureur général William Barr n’a donné qu’un aperçu de l’avocat spécial de l’avocat spécial Robert Mueller rapport l’enquête sur le rôle de la Russie dans l’élection américaine de 2016, avec de nombreux détails attendus lors de la publication du document.

Le 24 mars, Barr a envoyé une lettre de quatre pages aux législateurs détaillant les "conclusions principales" de Mueller, notamment que l'enquête menée pendant 22 mois n'avait pas permis d'établir que Président Donald Trump’s L'équipe de la campagne 2016 a conspiré avec la Russie.

REGARDER: Le rapport de Mueller expurgé sera publié jeudi, selon le ministère de la Justice


Barr a déclaré avoir trouvé dans le rapport de Mueller des preuves insuffisantes pour conclure que Trump avait fait obstruction à la justice, bien que l’avocat spécial n’ait pas fait de constat formel dans un sens ou dans l’autre.

Le procureur général a déclaré au Congrès qu'il espérait pouvoir publier le rapport de près de 400 pages cette semaine, avec des passages noircis pour protéger certains types d'informations sensibles.

Voici cinq choses à rechercher lorsque le rapport est publié.

Entrave à la justice

Sur cette photo du 24 mars 2019, l'avocat spécial Robert Mueller passe devant la Maison-Blanche après s'être rendu à l'église épiscopale St. John’s pour les offices du matin à Washington. (AP Photo / Cliff Owen)

(AP Photo / Cliff Owen)

Le plus gros risque politique pour Trump réside probablement dans les preuves à l'appui de l'avocat spécial derrière l'affirmation de Mueller selon laquelle, bien que le rapport ne conclue pas que le président républicain a commis le crime d'entrave à la justice, il "ne l'exonère pas non plus" sur ce point.

Selon Barr Lettre du 24 mars, Mueller a présenté des éléments de preuve des deux côtés de la question sans déterminer si des poursuites devaient être engagées. Barr a comblé ce vide en affirmant qu'il n'y avait pas de poursuite. Mais la déclaration de Barr dans la lettre selon laquelle "la plupart" des actions de Trump ayant soulevé des questions d'obstruction faisaient "l'objet de rapports publics", laissait entendre que certaines actions n'étaient pas connues du public.

LIRE LA SUITE: Le rapport de Mueller dit qu'il n'y a pas de connivence, mais des questions demeurent sur la réunion de Trump Tower

Les démocrates au Congrès ne croient pas que Barr, nommé par Trump, devrait avoir le dernier mot en la matière. Bien que la perspective que la Chambre des représentants dirigée par des démocrates entame le processus de mise en accusation pour tenter de destituer Trump de ses fonctions semble s'être dissipée, le Comité judiciaire de la Chambre examinera toutes les preuves pertinentes à l'appui des enquêtes en cours sur l'obstruction à la justice, la corruption et les abus. du pouvoir par le président ou d'autres membres de l'administration.

Le commentaire de Barr selon lequel la plupart des enquêtes sur l'obstruction menées par Mueller a été publiquement rapportée indique que des événements tels que le limogeage de James Comey par Trump en tant que directeur du FBI en mai 2017 alors que l'agence dirigeait l'enquête sur la Russie sont probablement au centre de cette section du rapport.

Contacts russes et atout

L’enquête de Robert Mueller sur la Russie, une longue chronologie

Étant donné que ces deux actes d’accusation sont déjà publics et n’ont aucun lien apparent avec le président, l’accent pourrait être mis sur ce que Mueller a conclu, s’il en était, sur d’autres incidents impliquant des contacts entre des Russes et des personnes se trouvant sur l’orbite de Trump. Cela pourrait inclure la réunion de juin 2016 à Trump Tower à New York dans lequel un avocat russe avait promis aux responsables de la campagne électorale de "salir" Clinton, ainsi qu'une réunion secrète tenue aux Seychelles en janvier 2017, qui pourraient constituer une tentative de créer un canal secondaire entre l'administration Trump et le Kremlin, tandis que le démocrate Barack Obama était toujours président.

Toute analyse de ces contacts pourrait expliquer pourquoi Mueller, selon le résumé de Barr, "n’a pas établi que les membres de la campagne Trump avaient conspiré ou coordonné avec le gouvernement russe dans ses activités d’ingérence électorale".

Manafort et interrogation des données

Paul Manafort a été condamné en mars à 7 ans et demi de prison, principalement pour des crimes financiers liés à des millions de dollars versés par des politiciens ukrainiens pro-russes, l'équipe de Mueller a fourni des indications sur les véritables objectifs de sa poursuite.

Le procureur Andrew Weissmann a déclaré à un juge en février qu'une réunion entre le consultant Manafort et Konstantin Kilimnik, qui aurait des liens avec les services de renseignement russes, a été "au cœur de" l'enquête de l'avocat spécial.

LIRE LA SUITE: C’est pourquoi le rapport Mueller ne signifie pas la fin des déboires juridiques de Donald Trump

La réunion comprenait une discussion sur une proposition visant à résoudre le conflit en Ukraine dans des termes favorables au Kremlin, une question qui a endommagé les relations de la Russie avec l’Occident. Les procureurs ont également déclaré que Manafort avait partagé les données de sondage de la campagne Trump avec Kilimnik, bien que l’importance de cet acte demeure incertaine.

On s’attachera en particulier à ce que Mueller a conclu sur les interactions de Manafort avec Kilimnik et à la question de savoir si une tentative infructueuse de coopération de Manafort, qui a été jugée par un juge comme ayant menti aux procureurs en violation d’un accord de plaidoyer, entravait considérablement le travail du conseil spécial.

la sécurité nationale

Des acteurs clés inculpés dans l'enquête sur la Russie

En l'absence d'accusations criminelles découlant de l'enquête de Mueller, le président du Comité du renseignement de la Chambre des représentants, Adam Schiff, s'est concentré sur la question de savoir si Trump est "compromis" par de tels enchevêtrements, ce qui influence ses décisions politiques et constitue un risque pour la sécurité nationale.

Certains experts juridiques ont déclaré que l'enquête sur le contre-espionnage que Mueller avait hérité de Comey pourrait s'avérer plus importante que son enquête criminelle, bien qu'il soit difficile de déterminer dans quelle mesure les conclusions du contre-espionnage seront incluses dans le rapport. Barr a également annoncé son intention de mettre à jour du matériel relatif aux sources et méthodes de collecte de renseignements.

Influence du Moyen-Orient et autres sondes

Un autre objectif est de savoir si Mueller divulguera quelque chose de ses enquêtes sur les efforts du Moyen-Orient pour influencer Trump.

L’interrogatoire de l’avocat spécial sur George Nader, homme d’affaires américano-libanais et consultant auprès des princes de la couronne des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, qui a commencé à coopérer avec Mueller l’année dernière, est un mystère.

LIRE LA SUITE: Le rapport Mueller ne constate aucune collusion avec la Russie mais «n'exonère pas» Trump

Nader a assisté à la réunion des Seychelles. Il était également présent à une réunion de la Trump Tower en août 2016, trois mois avant les élections, au cours de laquelle un spécialiste des médias sociaux israéliens s'est entretenu avec le fils du président, Donald Trump Jr., sur la manière dont son entreprise Psy-Group, qui employait plusieurs officiers du renseignement, pourraient aider la campagne Trump, selon le New York Times. Dans son intérêt pour Nader, Mueller a suggéré au conseil spécial de déterminer si d'autres pays cherchaient à influencer l'élection et s'ils le faisaient de concert avec la Russie.

L'avocat de Nader n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Barr a annoncé qu'il retirerait du rapport Mueller des informations sur «d'autres affaires en cours», y compris des enquêtes adressées à d'autres bureaux du ministère de la Justice. Cela rend difficile de savoir si des conclusions relatives au Moyen-Orient figureront dans le rapport.

Lire la suite

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Trump et Abe déclarent que les pays ont convenu d’un accord de principe sur un accord commercial lors du sommet du G7 – Newstrotteur

Suivre ( 0 Abonné(e)s ) X Suivre E-mail : * Suivre Ne plus suivre le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *