Maison / International / Europe / Un ancien roi belge condamné à une amende s’il refuse un test de paternité, Actualité & Europe

Un ancien roi belge condamné à une amende s’il refuse un test de paternité, Actualité & Europe

Suivre
( 0 Abonné(e)s )
X

Suivre

E-mail : *

BRUXELLES (AFP) – L’ancien roi Albert II des Belges a été condamné par un tribunal à se soumettre à un test ADN ou à une amende de 5 000 euros par jour, a annoncé jeudi 16 mai son avocat.

Cette commande était la dernière tentative d’un sculpteur belge de prouver qu’elle était la fille de l’ancien monarque.

"Je pense que le roi se soumettra à ce test, car il a la garantie qu’il restera confidentiel", a déclaré à l’AFP Guy Hiernaux, l’avocat d’Albert.

Un autre avocat, Alain Berenboom, a averti que la décision finale incombait au monarque.

L’amende imposée par le tribunal était un développement majeur dans une longue bataille entre Albert II et Delphine Boel, qui avait engagé une procédure devant un tribunal de grande instance de Bruxelles en 2013 pour faire reconnaître la paternité d’Albert.

Boel affirme qu’elle est née en 1968 après une longue liaison entre sa mère, Sibylle de Selys Longchamps et le prince héritier d’alors, marié depuis 1959 à Paola Ruffo di Calabria.

L’ancien monarque âgé de 81 ans, qui a régné de 1993 à 2013, a toujours refusé de reconnaître qu’il pourrait être son père.

En octobre dernier, la cour d’appel de Bruxelles s’est prononcée en faveur de Boel et a ordonné à Albert II de se soumettre à un échantillon génétique afin de se prononcer définitivement.

Albert a refusé tout test, ce qui a conduit à l’ordre de jeudi à la cour d’appel de Bruxelles.

L’ex-roi doit maintenant se rapporter à un expert légiste désigné qui, sur la base d’un échantillon de salive, réalisera une analyse comparative avec l’ADN de Boel et de sa mère.

À la suite d’une demande de Boel, le tribunal a déclaré que le résultat du test ADN resterait secret jusqu’à la fin des procédures judiciaires, qui pourraient durer un an.

Boel "a elle-même suggéré cette option pour calmer la situation et éviter une tempête dans les médias", a déclaré son avocat Marc Uyttendaele à l’AFP.

"Je ne peux pas imaginer une seconde qu’il (Albert II) ne se soumette pas à l’essai", a-t-il déclaré.

Lire la suite

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Test de crédibilité difficile pour le nouveau président de la Commission européenne, Actualité & Europe

Suivre ( 0 Abonné(e)s ) X Suivre E-mail : * Suivre Ne plus suivre Les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *