Maison / International / Europe / Le dirigeant français Emmanuel Macron atténue les attentes de Boris Johnson sur de nouvelles discussions sur le Brexit, Actualité & Europe

Le dirigeant français Emmanuel Macron atténue les attentes de Boris Johnson sur de nouvelles discussions sur le Brexit, Actualité & Europe

Suivre
( 0 Abonné(e)s )
X

Suivre

E-mail : *

PARIS (AP) – Le Premier ministre britannique Boris Johnson a perdu confiance, jeudi 22 août, en pressant le président français Emmanuel Macron d’accepter sa demande de réouverture des négociations sur le Brexit, réuni à Paris pour la deuxième étape de sa première tournée européenne en tant que dirigeant britannique.

Après avoir cité des exemples de liens étroits entre les deux pays, M. Johnson a lancé une offensive de charme, soulignant que le Royaume-Uni souhaitait un accord sur le Brexit avec l’UE. Mais alors même qu’il appelait le leader français par son prénom, M. Johnson a ajouté qu’il était de son devoir d’exécuter les voeux du peuple britannique, qui a voté de peu pour quitter l’UE.

"Comme vous venez de le dire, Emmanuel, il est essentiel pour la confiance dans la politique que si vous tenez un référendum, vous devez agir conformément aux instructions des électeurs. C’est pourquoi nous devons sortir de l’UE le 31 octobre. , accord ou pas, "a déclaré M. Johnson.

"Alors, bien sûr, nous pouvons faire avancer notre relation. Je suis tout à fait d’accord avec vous, Emmanuel, que c’est une relation assez extraordinaire."

Même s’il souriait aux caméras, M. Macron a amorti les attentes, soulignant "qu’il faut respecter ce qui a été négocié". Il a également réitéré ce que l’UE disait depuis des mois – qu’elle ne rouvrirait pas l’accord de retrait du Brexit négocié avec l’ancienne première ministre britannique, Mme Theresa May.

Cet accord sur le Brexit comprend une police d’assurance connue sous le nom de "filet de sécurité irlandais", qui permettrait au Royaume-Uni de rester étroitement aligné sur le commerce avec l’UE si les deux parties ne pouvaient trouver un autre moyen d’empêcher le retour des chèques à la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande .

M. Macron a déclaré que le filet de sécurité était indispensable. M. Johnson a répété à maintes reprises que la Grande-Bretagne ne ferait pas de contrôles à la frontière, évoquant ainsi le risque que l’UE soit contrainte de décider de la manière de traiter cette frontière terrestre entre le Royaume-Uni et l’UE.

Mercredi 21 août, la chancelière allemande, Angela Merkel, soutenait M. Johnson. Il avait évoqué la possibilité qu’un départ négocié de l’UE puisse encore être possible si la Grande-Bretagne présentait des plans alternatifs pour la frontière irlandaise dans un délai de 30 jours.

M. Macron n’a pas ignoré qu’un mouvement était possible. Il a dit être d’accord avec le Dr Merkel pour dire que "quelque chose d’intelligent" pourrait être trouvé dans les 30 prochains jours.

"On m’a toujours dit que j’étais le plus dur des gangs", a-t-il déclaré, car il avait expliqué "très clairement" qu’un accord qui mettrait en danger l’Union européenne ne serait pas acceptable. Mais il était clair que de telles concessions ne revenaient pas à changer un accord qui avait été durement gagné du côté européen.

M. Macron, un centriste favorable aux entreprises, a été élu en 2017 avec la promesse de rendre l’Europe plus forte pour mieux protéger les citoyens de l’UE.

M. Macron a également insisté sur le fait que le marché unique européen devait être préservé. Autrement, cela voudrait dire aux citoyens de l’UE "nous ne pouvons plus vous protéger en tant que consommateurs et producteurs, car nous devons être gentils avec M. Johnson. Non!", A-t-il déclaré.

M. Macron a ajouté que la France était prête pour un Brexit sans accord, même si ce n’est pas l’option privilégiée par le pays.

M. Johnson demande des concessions de la part de l’Union européenne pour obtenir un soutien au sein du Parlement britannique, qui a déjà rejeté à trois reprises l’accord négocié par Mme May.

M. Johnson est devenu Premier ministre le mois dernier lorsque Mme May a démissionné après avoir échoué à obtenir l’approbation du parlement pour l’accord de divorce relatif au Brexit.

L’UE a retardé à deux reprises la date de départ de la Grande-Bretagne, qui est maintenant programmée pour le 31 octobre. M. Johnson a annoncé que la Grande-Bretagne quitterait l’UE à cette date, avec ou sans accord, suscitant des inquiétudes quant aux dommages économiques causés des deux côtés de la Manche.

L’UE affirme que le backstop est simplement une police d’assurance destinée à éviter les points de contrôle qui étaient un point chaud pour la violence sectaire dans le passé, et ne sera pas nécessaire si d’autres solutions sont trouvées pour réglementer les marchandises traversant la frontière.

Mais les solutions technologiques se sont jusqu’à présent révélées inadéquates et les nouvelles propositions que M. Johnson pourrait proposer au cours des prochaines semaines ne sont pas claires.

Lire la suite

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Johnson explore le contrat du Brexit avec Juncker pour un déjeuner composé d’escargots, de saumon et de nouvelles de l’Europe

Suivre ( 0 Abonné(e)s ) X Suivre E-mail : * Suivre Ne plus suivre LUXEMBOURG …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *