Connect with us

Published

on

MOSCOU (AFP) – Les écologistes russes ont célébré une "grande victoire" mardi 27 août après que les derniers d’un groupe d’épaulards détenus dans une installation notoire aient été relâchés à la mer après une captivité de plusieurs années.

Mais 75 bélugas ont toujours croupi dans des enclos dans la soi-disant «prison à baleines» de l’Extrême-Orient russe. Reste à savoir si la pratique controversée de la Russie consistant à capturer des mammifères marins sauvages pour l’industrie de l’aquarium sera interdite.

L’Institut panrusse de la pêche et de l’océanographie, ou VNIRO, a relâché un total de 10 épaulards ou orques et 12 des 87 bélugas depuis juin, les a envoyés sur un itinéraire ardu de 1 800 km en camion et en bateau.

Mardi, VNIRO a déclaré dans un communiqué que les deux derniers épaulards et six des bélugas avaient été relâchés dans la nature.

"Les 10 orques de la baie de Srednyaya (établissement) ont été libérés", a-t-il déclaré.

L’institut des pêches a déclaré précédemment qu’il avait donné la priorité à la libération des épaulards au cours de l’été, car les bélugas sont une espèce de l’Arctique plus résiliente qui peut être emportée dans l’océan pendant les mois les plus froids.

Les environnementalistes et les chercheurs sur les mammifères marins ont critiqué la manière dont les premiers rejets ont été traités.

Greenpeace a déclaré que le quatrième communiqué publié mardi était plus transparent pour le public, tout en demandant à la Russie "de publier ses plans pour le relâchement des bélugas restants".

"La prison de baleine" n’est pas encore terminée?

Plus important encore, les activistes sont alarmés par le fait que l’industrie de la pêche demande de nouveau des permis pour capturer des bélugas sauvages l’année prochaine.

«Si la capture sauvage de baleines et de dauphins à des fins éducatives et récréatives n’est pas interdite, nous risquons de nous retrouver dans une situation où la« prison des baleines »se répète dans un an ou deux», a déclaré Ovanes Targulyan, militant de Greenpeace.

Le scandale concernant cette installation secrète remplie de jeunes orques et de bélugas a éclaté au début de cette année après la publication dans les médias de photos d’animaux qui peinaient à nager dans des eaux recouvertes de glace.

Le président russe Vladimir Poutine a finalement ordonné aux fonctionnaires de résoudre la situation et supervisé la première libération de baleines en juin.

L’industrie de l’aquarium utilise depuis des années une faille en russe loi lui permettant d’attraper des orques sauvages à des fins «éducatives» mais de les expédier à l’étranger.

Les entreprises propriétaires des baleines ont avoué leur intention de les vendre à des aquariums, en particulier en Chine, où les centres de la vie marine connaissent un essor considérable.

L’ONG russe Sakhalin Watch, qui s’est battue pour libérer les baleines, a qualifié la libération de mardi «sans exagération, une énorme victoire pour l’environnement», malgré les «contrats signés avec des acheteurs chinois» pour les orques russes.

Tant les épaulards que les bélugas sont des animaux très intelligents et sociables dont la captivité a été jugée contraire à l’éthique par de nombreux pays occidentaux, obligeant des sociétés comme SeaWorld aux États-Unis à annoncer leur intention de se retirer progressivement des orques.

Lire la suite

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Europe

Une femme d’affaires américaine se dit "déchirée" par le Premier ministre britannique Boris Johnson, victime d’affaire, Actualité & Europe

Published

on

Une femme d’affaires américaine se dit "déchirée" par le Premier ministre britannique Boris Johnson, victime d’affaire, Actualité & Europe ST 20191001 FDAFFAIR01 5153390

LONDRES (AFP) – Une femme d’affaires américaine au centre des controverses si Boris Johnson a montré son favoritisme inapproprié au milieu d’une affaire présumée a déclaré dimanche (17 novembre) qu’elle avait été laissée "le cœur brisé" et "humiliée" par le Premier ministre britannique.

Jennifer Arcuri, accusée d’avoir eu un accès privilégié aux promenades dans le commerce extérieur alors que Johnson était maire de Londres, a déclaré à la chaîne britannique ITV qu’il la traitait comme "une fugue soirée".

L’entrepreneur technologique a déclaré que le Premier ministre britannique, qui faisait campagne pour sa réélection, avait repoussé ses demandes "de conseils" après le scandale qui a éclaté en septembre.

"Je suis terriblement navré de voir que vous m’avez rejeté comme un gremlin", a déclaré Arcuri, s’adressant directement à Johnson, au programme Exposure d’ITV, selon des extraits remis à la Press Association avant sa diffusion dimanche.

"Je ne comprends pas pourquoi vous m’avez bloqué et ignoré comme si j’étais un fugitif soir ou une fille que vous avez prise dans un bar parce que je n’étais pas – et vous le savez bien", at-elle ajouté. "Je me sentais tellement dégoûté et humilié qu’on m’a dit que de plus grandes choses étaient en jeu, ne vous en faites pas."

Johnson, maire de Londres de 2008 à 2016, se bat pour un mandat de cinq ans à Downing Street lors des élections générales très attendues du mois prochain.

Le spectacle prétend que le couple a eu une liaison pendant plus de quatre ans, bien que Arcuri ait refusé de le confirmer.

La jeune femme de 34 ans, qui réside maintenant aux États-Unis mais a été photographiée à Londres vendredi, a confié à ITV qu’elle avait reçu des conseils mitigés sur ce qu’il fallait dire publiquement au sujet de leur relation.

"Quand l’histoire a éclaté, la moitié des personnes qui m’ont contactée m’ont dit de nier, nier, nier catégoriquement", a-t-elle déclaré. "L’autre moitié m’a dit, admettons que, euh, affaire, tomber sur l’épée en finir avec ça."

Johnson, âgé de 55 ans, était marié au moment de l’affaire présumée, mais a depuis quitté sa femme à la suite d’une relation amoureuse avec Carrie Symonds, une ancienne doctoresse du parti conservateur.

Le couple vit maintenant ensemble à Downing Street.

Il a déjà dit qu’il n’a pas eu le genre de relation avec Arcuri ce qui l’obligeait à informer les chiens de garde d’un conflit d’intérêts potentiel, le cas échéant.

Arcuri aurait reçu 126 000 £ (221 247 dollars) d’argent public et aurait eu un accès privilégié à trois missions commerciales étrangères dirigées par le maire de l’époque, Johnson.

Il a insisté sur le fait que tout était "parfaitement bien fait", mais il a été déféré à un organe de traitement des plaintes contre la police pour déterminer s’il devait faire l’objet d’une enquête pénale.

Un examen effectué par le propre gouvernement de Johnson a statué qu’une subvention de 100 000 £ avait été octroyée à Arcuri par le Département du numérique, de la culture, des médias et des sports via un fonds de cyber-compétences était "approprié".

Un porte-parole du Parti conservateur a déclaré: "Toute prétention d’irrégularité dans l’exercice de ses fonctions est fausse et sans fondement." Elle a ajouté: "Nous considérons qu’il s’agit d’attaques vexatoires et motivées par des raisons politiques émanant du parti travailliste".

Lire la suite

Continuer la lecture

Europe

Les conservateurs du Premier ministre britannique Boris Johnson bénéficient du soutien le plus élevé depuis 2017, selon les sondages, Actualité & Europe

Published

on

Les conservateurs du Premier ministre britannique Boris Johnson bénéficient du soutien le plus élevé depuis 2017, selon les sondages, Actualité & Europe facebook default pic

LONDRES (REUTERS) – Le Parti conservateur du Premier ministre britannique Boris Johnson jouit du soutien le plus élevé depuis 2017, selon des sondages publiés ce samedi 16 novembre.

Les élections du 12 décembre ont été convoquées pour mettre fin à trois années de désaccord sur le Brexit, qui sape la confiance des investisseurs dans la stabilité de la cinquième économie mondiale et porte atteinte à la position de la Grande-Bretagne depuis son vote lors du référendum de 2016 de quitter l’Union européenne.

Johnson, âgé de 55 ans, espère remporter la majorité nécessaire pour signer l’accord de dernière minute sur le Brexit qu’il avait conclu avec l’UE le mois dernier, après que le bloc a accordé un troisième retard au divorce qui devait initialement avoir lieu le 29 mars.

Lors du référendum de 2016, les électeurs ont voté étroitement pour la sortie de l’UE.

Les conservateurs de Johnson sont en tête du parti travailliste de 10 à 17 points de pourcentage, selon quatre sondages publiés samedi.

Un sondage YouGov a montré que le soutien aux conservateurs s’élevait à 45%, son niveau le plus élevé depuis 2017, contre 28% pour le Parti travailliste, sans changement.

Les libéraux démocrates pro-européens étaient à 15% et le parti au Brexit à 4%, sans changement.

Un sondage séparé pour SavantaComRes a également révélé que le soutien aux conservateurs de Johnson était le plus élevé depuis 2017, avec 41% de son parti et 33% pour le parti travailliste.

Selon un sondage d’opinion publié par Opinium Research, les conservateurs ont 16 points d’avance sur le parti travailliste.

Un sondage du Mail on Sunday a révélé que le parti de Johnson avait 15 points d’avance sur le parti travailliste.

Les premières élections en décembre en Grande-Bretagne depuis 1923 seront parmi les plus difficiles à prévoir depuis des années. Le Brexit a brouillé les loyautés traditionnelles des électeurs et permet aux plus petits rivaux de défier les deux plus grands partis, les conservateurs de Johnson et le parti travailliste de centre-gauche dirigé par Jeremy Corbyn.

Bien que des sondages d’opinion montrent que les conservateurs ont une longueur d’avance sur les travaillistes, les analystes mettent en garde que la question ombrageuse du Brexit, qui a divisé les deux principaux partis et leurs électeurs, pourrait confondre les calculs classiques.

Lire la suite

Continuer la lecture

Europe

Une femme allemande expulsée de Turquie et soupçonnée d’être liée à l’Etat islamique est placée en détention, Actualité & Europe

Published

on

Une femme allemande expulsée de Turquie et soupçonnée d’être liée à l’Etat islamique est placée en détention, Actualité & Europe germany turkey syria 211013

FRANKFURT AM MAIN (AFP) – Une femme de nationalité allemande soupçonnée d’avoir des liens avec les Etats islamiques en Irak et en Syrie (ISIS) a été officiellement placée en détention samedi 16 novembre, un jour après son arrivée à Francfort en provenance de Turquie.

La femme, connue uniquement sous le nom de Nasim A, a été expulsée de Turquie avec une autre femme et a été arrêtée vendredi à l’aéroport de Francfort, a annoncé le bureau du procureur fédéral.

Samedi, un juge de la Cour fédérale a ordonné sa mise en détention provisoire à la demande des procureurs fédéraux.

L’autre femme a été remise à la police en Basse-Saxe, qui l’a ensuite relâchée.

La Turquie a commencé à déporter des militants étrangers lundi et a critiqué les pays occidentaux pour leur refus de rapatrier leurs citoyens qui sont partis rejoindre l’Isi en Syrie et en Irak.

Le procureur fédéral accuse Nasim A d’être parti en Syrie fin 2014 pour vivre sur le territoire de l’Etat islamique.

Elle a épousé un combattant de l’Etat islamique au début de 2015 et s’est ensuite installée en Irak.

La femme aurait pris soin de son ménage et aurait reçu environ 100 USD (130 USD) par mois en espèces afin que son mari soit disponible pour le groupe militant.

Elle possédait un fusil d’assaut Kalachnikov.

Le couple est ensuite retourné en Syrie, où elle a été arrêtée au début de 2019 par les forces de sécurité kurdes.

La Turquie a également déporté jeudi en Allemagne un homme aux liens présumés islamistes radicaux et sa famille.

Les autorités de la ville de Berlin ont déclaré que l’homme avait été arrêté à son arrivée.

Lire la suite

Continuer la lecture

Populaires

Copyright © 2019 Newstrotteur.fr. Votre webnews à la une de l'information