Maison / International / Afrique / 16 morts dans l’attaque d’une mosquée au Burkina Faso, soulignant les difficultés rencontrées par le gouvernement pour lutter contre les extrémistes, Afrique Actualités & Top Stories

16 morts dans l’attaque d’une mosquée au Burkina Faso, soulignant les difficultés rencontrées par le gouvernement pour lutter contre les extrémistes, Afrique Actualités & Top Stories

OUAGADOUGOU (AFP) – Des hommes armés ont pris d’assaut une mosquée dans le nord-ouest du Burkina Faso alors que des fidèles priaient, tuant 16 personnes et envoyant des habitants en fuite, ont annoncé des sources de sécurité et des locaux samedi 12 octobre.

L’attaque de la grande mosquée dans la ville de Salmossi vendredi dernier a mis en lumière les difficultés rencontrées par le pays dans sa lutte contre les extrémistes islamistes.

Une source a déclaré que 13 personnes sont mortes sur place et trois ont succombé à leurs blessures plus tard. Deux des blessés sont dans un état critique.

"Depuis ce matin, les gens ont commencé à fuir la région", a déclaré un habitant de la ville voisine de Gorom-Gorom. Il a ajouté qu’il existait un "climat de panique malgré les renforts militaires" déployés après l’attaque meurtrière.

Bien que frappés par la violence extrémiste, de nombreux Burkinabés s’opposent à la présence de troupes étrangères – notamment de l’ancien dirigeant colonial France – sur leur territoire.

Samedi, une foule d’environ 1 000 personnes a défilé dans la capitale Ouagadougou "pour dénoncer le terrorisme et la présence de bases militaires étrangères en Afrique".

M. Gabin Korbeogo, l’un des co-organisateurs de la marche, a déclaré: "Le terrorisme est devenu un prétexte idéal pour l’installation de bases militaires étrangères dans notre pays.

"Les armées française, américaine, canadienne, allemande et autres ont pénétré dans notre sous-région, affirmant vouloir lutter contre le terrorisme. Mais malgré cette présence massive … les groupes terroristes se renforcent."

Jusqu’en 2015, le Burkina Faso, pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, était en grande partie épargné par la violence qui a frappé le Mali, puis le Niger, ses voisins au nord.

Mais des extrémistes – certains liés à Al-Qaïda, d’autres à l’État islamique en Irak et au groupe syrien – ont commencé à s’infiltrer dans le nord, puis à l’est, puis ont mis en danger les frontières méridionale et occidentale du pays enclavé.

Combinant tactique de guérilla, mines sur la route et attentats-suicides, les insurgés ont tué près de 600 personnes, selon un bilan établi par l’AFP.

Les groupes de la société civile estiment le nombre à plus de 1 000, les attaques ayant lieu presque quotidiennement.

Les forces de défense et de sécurité du Burkina Faso sont mal équipées, mal entraînées et se sont montrées incapables de mettre un terme à la violence croissante.

La France dispose d’une force de 200 personnes au Burkina Faso, mais intervient également fréquemment dans le cadre de son opération régionale Barkhane.

Près de 500 000 personnes ont fui leur foyer à cause de la violence, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, qui a mis en garde contre une crise humanitaire touchant 1,5 million de personnes.

Près de 3 000 écoles ont fermé leurs portes et les répercussions sur une économie essentiellement rurale s’intensifient, perturbant le commerce et les marchés.

Lire la suite

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Trente-sept personnes sont tuées dans une attaque contre le convoi de mineurs canadiens Semafo au Burkina Faso, Afrique – Nouvelles et actualités ak placeholder2 310x165

Trente-sept personnes sont tuées dans une attaque contre le convoi de mineurs canadiens Semafo au Burkina Faso, Afrique – Nouvelles et actualités

OUAGADOUGOU (REUTERS) – Trente-sept civils ont été tués et plus de 60 blessés lorsque des …

Laisser un commentaire