Maison / Art Graphisme / Julian Stanczak de Diane Rosenstein (Art)

Julian Stanczak de Diane Rosenstein (Art)

La galerie Diane Rosenstein est très heureuse d’annoncer Les années quatre-vingt, notre troisième exposition personnelle avec Julian Stanczak. Cette installation de quinze peintures réalisées entre 1982 et 1990 explore l’utilisation judicieuse par Stanczak des dégradés de couleurs et de formes pour créer une expérience subtile de la lumière. En essence et en perspective, ce sont aussi des paysages émotionnels, un effort pour transcender le confinement superficiel de la peinture en tant qu’objet et pour se connecter avec le spectateur de manière perceptuelle.

Stanczak vivait et travaillait à Cleveland, dans l’Ohio, mais parlait de l’impact de sa vie de réfugié polonais en Ouganda sur sa peinture et de la beauté simultanée du paysage africain. «Quand je vois les formes et les couleurs dramatiques de la nature, observe son pouvoir, cela déclenche en moi le besoin de traduire ces forces primordiales.»

Julian Stanczak (1928 – 2017) était un peintre et graveur américain et un pionnier de l’Op Art. Ses premières années de vie ont été marquées par d’énormes luttes personnelles et par son engagement en faveur d’une vision optimiste inspirée par l’art et la musique. Il est né en Pologne et, lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, il a été envoyé dans un camp de concentration en Sibérie. En 1942, après son évasion, il a vécu en tant que réfugié en Ouganda, où il a appris à peindre de la main gauche (il a définitivement perdu l’usage de son bras droit dans le camp de Sibérie).

Il émigre aux États-Unis en 1950, obtient son baccalauréat en beaux-arts du Cleveland Institute of Art en 1954 et son baccalauréat en maîtrise à la Yale University en 1956, où il étudie avec Josef Albers et Conrad Marca-Relli. Son travail a été inclus dans des expositions aux États-Unis et dans le monde entier de 1948 à nos jours. Les expositions de groupe importantes comprennent The Responsive Eye au Museum of Modern Art de New York, 1965; Peintures à la Maison Blanche à la Smithsonian Institution, Washington, D.C., 1966; et Ghosts in the Machine au New Museum, New York, 2012.

Les études significatives de son travail incluent Julian Stanczak: Rétrospective sur 50 ans, Institut d’art de Cleveland, Ohio, 2001; et actuellement, Spectre complet: peintures, dessins et gravures de Julian Stanczak; Sculptures en bois et pierre de Barbara Stanczak, une rétrospective au musée d’art de Fort Wayne, dans l’Indiana.

Nous remercions chaleureusement Barbara Stanczak, Krzys Stanczak, Neil Rector et Mitchell-Innes & Nash, NYC, pour l’organisation de cette exposition.

Source

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Sarah Ortmeyer au Chicago Manual Style (Art)

Cette relation peut être liée aux échecs. la surface de la planche est précisément divisée …

Laisser un commentaire