L’attaque contre un poste militaire au Mali tue 53 soldats, Afrique Actualités & grands reportages

BAMAKO (AFP) – Cinquante-trois soldats ont été tués vendredi 1 novembre dans un "attentat terroriste" contre un poste militaire malien dans le nord-est du pays, a annoncé le gouvernement.

L’agression est l’une des frappes les plus meurtrières contre l’armée malienne dans les récents actes de violence militants islamistes.

Un civil a également été tué à l’avant-poste d’Indelimane, dans la région de Menaka, près de la frontière avec le Niger, a déclaré le ministre de la Communication du pays, Yaya Sangare, sur Twitter.

"La situation est sous contrôle. Les recherches et l’identification des corps se poursuivent", at-il ajouté après avoir fait le point sur le nombre de morts.

Il a précisé que 10 survivants avaient été retrouvés à l’avant-poste, qui avaient subi des dommages "importants".

Aucun autre détail de l’attaque n’a été donné.

Le gouvernement malien avait auparavant condamné "l’attaque terroriste", affirmant qu’il avait fait de nombreux morts ou blessés sans donner de bilan précis.

"Des renforts ont été envoyés pour sécuriser la zone et traquer les assaillants", ajoute le communiqué.

Aucun groupe n’a immédiatement revendiqué la responsabilité de l’agression de vendredi.

Cela intervient un mois après que deux assauts militants ont tué 40 soldats près de la frontière avec le Burkina Faso, mais plusieurs sources ont indiqué que le bilan des morts avait été réduit.

Cet assaut meurtrier a déclenché des manifestations devant un camp militaire dans la capitale du pays, Bamako.

L’armée malienne se bat face à une révolte militante qui s’est étendue du nord aride à son centre, une région métissée et volatile.

Les récents assauts constituent également une humiliation pour la soi-disant force du G5 pour le Sahel – une initiative très critiquée dans le cadre de laquelle cinq pays ont créé une force anti-terroriste commune de 5 000 hommes – et pour la France, qui s’est engagée à consolider la région fragile.

Le nord du Mali est passé sous le contrôle de militants liés à Al-Qaïda après que l’armée malienne n’ait pas réussi à réprimer une rébellion dans ce pays en 2012.

Une campagne militaire dirigée par les Français a été lancée contre les militants et les a repoussés un an plus tard.

Mais les militants se sont regroupés et ont élargi leurs raids et attaques de mines antipersonnel au centre et au sud du Mali.

La violence s’est également étendue au Burkina Faso et au Niger, où les militants ont exploité les conflits intercommunautaires existants, faisant des centaines de morts.

Lire la suite

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Les exportations de pétrole libyen bloquées, augmentant les enjeux pour le sommet de paix de Berlin, Africa News & Top Stories

BERLIN (AFP) – Les forces fidèles à l’homme fort de l’armée libyenne Khalifa Haftar ont …

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!