Marche pacifique d’un week-end à Hong Kong gâchée par un incendie devant un tribunal; pas de lundi chaos dans les transports malgré les appels à la grève, Actualité & Asie

HONG KONG (REUTERS) – Des manifestants de Hong Kong ont allumé un feu à l’extérieur des bâtiments du tribunal, jeté des bombes à essence et des graffitis peints à la bombe sur les bâtiments du gouvernement, marquant ce qui était autrement une marche "généralement pacifique" ce week-end, a annoncé la police lundi 9 décembre. .

Les commentaires sont venus alors que les manifestants ont appelé à des grèves à travers la ville lundi. La plupart des liaisons ferroviaires et de transport se sont bien déroulées pendant l’heure de pointe du matin et aucune perturbation généralisée n’a été signalée.

Des foules de manifestants vêtus de noir ont envahi dimanche les rues du centre financier asiatique, lors du plus grand rassemblement anti-gouvernement depuis les élections locales du mois dernier et une démonstration retentissante de soutien continu au mouvement pro-démocratie.

Alors que la marche semblait être en grande partie pacifique – contrairement à d’autres manifestations de masse au cours des six derniers mois, où les manifestants se sont livrés à des batailles avec la police – les autorités ont déclaré qu’il y avait eu des dégâts après sa fin.

"Bien que l’événement ait été globalement pacifique, des actes de violation de la paix publique se sont produits par la suite", a indiqué la police dans un communiqué lundi.

"Certains émeutiers ont peint à la bombe les murs extérieurs de la Haute Cour, jeté des bombes à essence et incendié à l’extérieur de la Haute Cour et de la Cour d’appel finale, endommageant les propriétés du gouvernement et remettant sérieusement en question l’esprit de l’Etat de droit", a déclaré la police, ajoutant que les magasins et les banques ont été vandalisés dans les régions de Causeway Bay et Wan Chai de l’île de Hong Kong.

Les journalistes de Reuters lors de la marche de dimanche ont vu des graffitis et des manifestants dresser des barricades, mais n’étaient pas à proximité des autres incidents.

L’Association du barreau de Hong Kong a condamné ce qu’elle a appelé des "actes d’incendie criminel et de vandalisme" et a déclaré que les responsables devaient être traduits en justice.

Les manifestants ont estimé le taux de participation à 800 000, tandis que la police a déclaré qu’il était de 183 000.

La police a déclaré avoir arrêté 42 personnes au cours du week-end pour émeute, possession d’armes et autres charges. Depuis le début du mois de juin, quelque 6 022 personnes ont été arrêtées en raison des troubles, a indiqué la police.

‘MARRE’

Dans un éditorial, le quotidien officiel China Daily a appelé le gouvernement de Hong Kong à respecter l’état de droit.

"De nombreux habitants de Hong Kong en ont assez des violences et des perturbations qui sévissent dans la ville depuis des mois", a déclaré le journal, souvent utilisé par Pékin pour diffuser son message.

Le nouveau commissaire de police de Hong Kong avait déclaré qu’il adopterait une "approche dure et douce" des manifestations, où les actes de violence seraient traités durement mais d’autres questions avec plus de souplesse.

Le président et le président de la Chambre de commerce américaine (AmCham) à Hong Kong se sont vu refuser l’entrée ce week-end sur le territoire chinois voisin de Macao, sans explication.

Le chef de la sécurité de Macao, M. Wong Sio Chak, a déclaré lundi que les problèmes de sécurité étaient la seule raison pour interdire l’entrée dans la ville, a rapporté le diffuseur RTHK.

Le président d’AmCham, Robert Grieves, et la présidente Tara Joseph se rendaient à Macao pour un bal annuel. Les deux hommes ont été invités à signer une déclaration disant qu’ils "avaient volontairement accepté de ne pas entrer à Macao".

M. Wong a refusé de commenter spécifiquement leurs cas et a déclaré qu’il était supposé que leur refus était lié à la réponse de Pékin à la législation américaine soutenant les manifestants pro-démocratie à Hong Kong, a déclaré RTHK.

Le mois dernier, le président américain Donald Trump a promulgué la loi sur les droits de l’homme et la démocratie de Hong Kong, liant le traitement spécial de l’ancienne colonie britannique en vertu de la loi américaine à son autonomie par rapport à Pékin.

Les troubles dans la ville d’environ 7,4 millions d’habitants ont commencé en juin sous la forme de manifestations contre un projet de loi désormais retiré autorisant l’extradition vers la Chine continentale. Il s’est depuis transformé en appels à une plus grande liberté démocratique et parfois à de violentes manifestations.

Les manifestants ont présenté cinq revendications, dont le suffrage universel et une enquête sur les violences policières présumées.

La Chine a blâmé à plusieurs reprises des puissances étrangères, y compris les États-Unis, d’avoir attisé les troubles.

Lire la suite

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Virus de Wuhan: trois cas confirmés en Malaisie liés au premier patient de Singapour, SE Asia News & Asie

Trois personnes ont été confirmées pour avoir le Wuhan coronavirus ici, le ministre malaisien de …

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!