Vilukhina assistera à un appel tardif du TAS contre l’interdiction du CIO contre les biathlètes russes

La biathlète russe retraitée et interdite Olga Vilukhina assistera en personne à son appel au TAS le mois prochain © Getty Images

La biathlète russe à la retraite Olga Vilukhina, interdite à perpétuité par le Comité international olympique en 2017 pour dopage, sera présente lorsque le Tribunal arbitral du sport (TAS) examinera son cas le mois prochain.

Le TAS examinera également les cas de deux des coéquipiers qui ont accompagné Vilukhina lors de la médaille d’argent du relais 4×6 km aux Jeux de Sotchi 2014 avant que leur résultat ne soit annulé par le CIO – Yana Romanova, qui a également reçu une interdiction à vie, et Olga Zaitseva, médaillée d’or aux Jeux d’hiver de 2006 et 2010, qui a pris sa retraite en 2015.

Le mari de Vilukhina, Valery Ivanov, a déclaré à l’agence de presse russe TASS: «Olga, bien sûr, se rendra à l’audience au TAS.

«Les appels sont absolument la bonne étape, ils sont absolument propres.

«Pendant les Jeux olympiques, ils ont prélevé de nombreux échantillons et aucun d’eux n’a montré de résultat de dopage positif.»

Le TAS, qui entendra les cas des trois athlètes maintenant à la retraite les 2 et 3 mars, a suspendu son examen l’année dernière après l’accord de toutes les parties dans l’espoir qu’il se poursuivra une fois que des décisions auront été prises sur les autres cas de dopage restants impliquant des athlètes russes. aux Jeux d’hiver de Sotchi 2014.

Samedi, la décision finale sur ces cas semblait avoir été prise alors que le Le Tribunal fédéral suisse a rejeté un recours formé par le CIO contre la décision du Tribunal arbitral du sport concernant le skieur de fond russe Alexander Legkov.

Legkov était l’un des 28 athlètes russes impliqués dans le programme de dopage du pays qui ont été autorisés par le TAS avant les Jeux olympiques d’hiver de 2018 à Pyeongchang.

Dans un communiqué, le CIO s’est dit “déçu” de la décision et a désormais décidé de ne pas poursuivre les 27 affaires restantes.

Le trio de biathlètes a fait appel au TAS à la suite des sanctions de la commission disciplinaire du CIO, après leur implication présumée dans le système de dopage parrainé par l’État russe.

Elle faisait suite aux éléments de preuve du rapport McLaren, ainsi qu’aux enquêtes ultérieures des commissions du CIO.

La décision de la commission Oswald du CIO sur Zaitseva a également été l’un des verdicts les plus fermes.

La Russe Olga Vilukhina, illustrée à droite célébrant une médaille d'argent au relais de biathlon aux Jeux de Sotchi 2014 qui a ensuite été annulée pour dopage, assistera à son appel tardif du TAS les 2 et 3 mars © Getty Images
La Russe Olga Vilukhina, illustrée à droite célébrant une médaille d’argent au relais de biathlon aux Jeux de Sotchi 2014 qui a ensuite été annulée pour dopage, assistera à son appel tardif du TAS les 2 et 3 mars © Getty Images

Il a affirmé que le double champion olympique était un participant averti au programme de dopage parrainé par l’État.

La décision motivée de la Commission a également indiqué que les échantillons fournis par Zaitseva, Romanova et Vilukhina portaient des marques indiquant une falsification et contenaient des niveaux anormaux de sel.

Les trois athlètes ont été dépouillés de la médaille olympique de relais 4×6 kilomètres qu’ils ont réclamée devant une foule locale à Sotchi.

Mais en février 2018, le TAS a annulé 28 cas impliquant des athlètes russes, déclarant que “les preuves recueillies étaient jugées insuffisantes pour établir qu’une violation des règles antidopage (ADRV) avait été commise par les athlètes concernés”.

Onze autres cas se sont révélés avoir suffisamment de preuves pour maintenir les sanctions.

Zaitseva, Romanova et Vilukhina – qui avaient déjà pris leur retraite – sont les seuls athlètes dont les dossiers ont été suspendus.

Séparément, Zaitseva, Romanova et Vilukhina ont déposé une plainte contre Grigory Rodchenkov, l’ancien chef du Laboratoire antidopage de Moscou, qui a dénoncé les faits et fourni une grande partie des preuves contre les athlètes russes.

Le procès a été soutenu par l’oligarque russe Mikhail Prokhorov, propriétaire de l’équipe de la National Basketball Association des Brooklyn Nets.

Il a affirmé que Rodchenkov avait diffamé les trois biathlètes.

Pendant ce temps, Ivanov reste ambivalent quant au résultat probable de l’examen du TAS sur sa femme et ses anciens coéquipiers.

“Quant aux attentes de la décision – j’ai le sentiment que ce sera plus politique que démocratique”, a-t-il dit, ajoutant que l’Agence mondiale antidopage et le TAS étaient “fortement dépendants de la politique, pas de la démocratie”.

Source

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Le co-fondateur de Teqball fait don de masques, d’ordinateurs portables et de tables de teqball

Le co-fondateur de Teqball, Gyorgy Gattyan, a fait don de masques de protection, d’ordinateurs portables …

Laisser un commentaire