La Malaisie prévoit de créer une entité pour renflouer les entreprises en difficulté, SE Asia News & Asie

Le gouvernement malaisien est sur le point de mettre en place une nouvelle société de gestion d’actifs garantie par l’État pour parer aux défaillances du secteur bancaire et pour renflouer les entreprises en difficulté ébranlées par l’effondrement des marchés financiers frappé par la pandémie de coronavirus.

Le projet de création d’une nouvelle société de gestion d’actifs a été abordé dimanche lors d’une réunion entre des responsables du ministère des Finances et des représentants clés du secteur aéronautique du pays, où une fusion controversée entre la compagnie publique Malaysia Airlines (MAS) et le groupe AirAsia a également été discutée.

L’impulsion pour une entité de gestion d’actifs pour faire face aux défis économiques croissants du pays est directement tirée de l’expérience du gouvernement dans la gestion des retombées de la crise économique régionale de 1998, lorsqu’il a créé Pengurusan Danaharta Nasional pour traiter les prêts non performants dans le secteur bancaire secteur.

“La nécessité d’un autre Danaharta est évidente, mais les renflouements pour les entreprises vont être beaucoup plus importants par rapport à la crise précédente”, a déclaré le directeur général d’un grand fonds d’investissement basé aux États-Unis avec des intérêts étendus dans la région.

Danaharta a émergé comme un moteur de premier plan pour remettre sur pied le système bancaire sérieusement malmené du pays après la crise financière de 1998. L’agence a utilisé un mélange d’obligations à coupon zéro et de liquidités pour acheter des prêts auprès du système bancaire national en versant des rabais allant jusqu’à 50% sur un prêt garanti par des biens ou des actions cotés en bourse.

L’entreposage de ces prêts en difficulté auprès de Danaharta, qui a cessé ses activités en 2005, a permis aux institutions financières de reprendre leurs prêts pour aider à relancer l’économie.

La création d’une nouvelle entité de gestion d’actifs représentera une entreprise majeure du nouveau gouvernement du Premier ministre Muhyiddin Yassin alors qu’il affronte les retombées économiques sans précédent de la pandémie de Covid-19.

L’administration, qui a pris forme plus tôt ce mois-ci à la suite de défections et de l’intervention du roi malaisien, a déjà fait l’objet de vives critiques cette semaine concernant ses plans visant à permettre aux salariés de puiser dans leur épargne-retraite personnelle pour faire face à la crise financière actuelle.

Les économistes privés estiment que tout échec de la part du gouvernement à fournir une aide financière directe aux Malaisiens ordinaires dans les prochains jours, tout en poursuivant les plans de sauvetage des entreprises, ne manquera pas d’aggraver le malaise grandissant du public face aux perspectives politiques et économiques du pays.

L’Institut malaisien de recherche économique (MIER) a offert une sombre image de ce qui va arriver.

Dans un communiqué publié mardi soir, le très respecté MIER a déclaré que l’économie plongerait dans une grave récession et se contracterait jusqu’à 2,9% cette année, contre une estimation officielle du produit intérieur brut en légère augmentation de 2%.

Les revenus des ménages devraient chuter de 12 pour cent, estimés à environ 95 milliards de RM (32 milliards de dollars), et les pertes d’emplois se chiffreraient à 2,4 millions de postes, dont 67 pour cent de main-d’œuvre non qualifiée, le Dit MIER.

  • 2,9%

    L’Institut malaisien de recherche économique affirme que l’économie malaisienne va sombrer dans une grave récession et se contracter d’autant que ce chiffre cette année.

Un nombre substantiel de suppressions d’emplois est susceptible de résulter du projet de fusion forcée de MAS et d’AirAsia.

La fusion est en préparation depuis quelques mois, mais a fait face à une forte opposition de plusieurs représentants du gouvernement, qui ont fait valoir qu’AirAsia avait tout à gagner d’un tel syndicat d’entreprise.

Cependant, des responsables financiers proches de la situation ont déclaré que la dynamique avait radicalement changé après que des actions des entités cotées d’AirAsia avaient été battues ces dernières semaines, forçant le gouvernement à envisager la mesure radicale de nationalisation potentielle du secteur de l’aviation.

“La question de savoir si le gouvernement va aussi loin (pour nationaliser) n’est pas claire, mais vous ne pouvez pas annuler la perspective”, a déclaré un PDG d’un cabinet de conseil financier proche des négociations en cours.

Lire la suite

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Le Vietnam commande le plus grand hôpital de Hanoï fermé sur ses craintes de coronavirus, SE Asia News & Asie

HANOI (BLOOMBERG) – Des responsables vietnamiens ont ordonné la fermeture d’un des plus grands centres …

Laisser un commentaire