Facebook et Google enregistrent une augmentation de leur activité en ligne, qui devrait encore atteindre 44 milliards de dollars de revenus publicitaires combinés

En bref: L’augmentation du nombre d’utilisateurs qui passent du temps en ligne pendant la pandémie de coronavirus fait grimper le nombre d’entreprises de médias, mais les revenus publicitaires devraient diminuer cette année, car les spécialistes du marketing réduisent leurs budgets pour survivre à ces moments difficiles.

Facebook et Google génèrent environ 200 milliards de dollars de revenus publicitaires par an, vous penseriez donc que cette période d’auto-isolement et de travail à domicile entraîne une plus grande utilisation de leurs services et donc plus de revenus. Cependant, les marques sont dans une position difficile et les budgets publicitaires sont parmi les premiers éléments de la liste des coûts à réduire pour maintenir les choses à flot. Lorsque vous voyez une entreprise comme Twitter révision ses perspectives de revenus pour cette année, il n’y a pas de doute quant à la raison pour laquelle, malgré un pic d’activité de 23% sur la plate-forme, les revenus auraient chuté de 20% en mars.

Plus tôt cette semaine, Facebook c’est noté dans un article de blog indiquant une augmentation de 50% des messages et une augmentation de plus de 1 000% du temps passé dans les appels de groupe. La tendance est plus évidente dans les pays les plus durement touchés par l’épidémie de coronavirus, et l’Italie en est l’exemple parfait. Facebook a vu les gens passer 70% de temps en plus sur Messenger, WhatsApp et Instagram avec un doublement des vues pour le contenu vidéo.

Les chiffres semblent bons sur le papier, mais comme la plupart des nouvelles activités se produisent sur les services de messagerie, Facebook ne génère aucun revenu à ce sujet et a constaté “un affaiblissement de notre activité publicitaire dans les pays qui prennent des mesures agressives pour réduire la propagation de Covid. -19. “

Il vous suffit de consulter les résultats de voyage dans la recherche Google pour voir qu’ils ont également été affectés, car les voyages, la vente au détail et certaines catégories de biens de consommation ne sont plus autant annoncés qu’il y a quelques semaines. Amazon, qui est l’un des plus grands acheteurs de publicités de Google, réduit également ses dépenses, tandis que sa propre entreprise de publicité résistera très probablement à la tempête, car il s’agit de recherches de produits.

Selon Cowen Les analystes, Google et Facebook pourraient voir ensemble un chiffre d’affaires de plus de 44 milliards de dollars cette année, ce qui se traduit par une baisse de 11% sur 12 mois de leurs revenus globaux.

Des éditeurs comme le New York Times sont également sentir la pression en termes de revenus publicitaires, alors que son activité d’abonnement se porte bien depuis trois mois. Chez TechSpot, nous sommes également fiers d’avoir un public fidèle qui nous soutient en autorisant les publicités ou en optant pour un abonnement à TechSpot Elite.

Alors que la pandémie se prolonge, réponse du coronavirus a dépassé de loin les attentes initiales. À court terme, les spécialistes du marketing auront moins de raisons de dépenser pour la publicité, y compris les publicités politiques, qui étaient censées générer des milliards de revenus cette année. Cependant, si les tendances d’engagement survivent au-delà de la crise, les grandes plateformes comme Facebook, Google et Twitter se retrouveront dans une position où elles auront encore plus de pouvoir publicitaire et de portée.

Source

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

SNL: 10 sketches mal vieillis

Screen Rant – Politique de confidentialité Nous respectons votre vie privée et nous nous engageons …

Laisser un commentaire