Maison / International / Europe / Huawei pourrait être banni de la 5G en Allemagne

Huawei pourrait être banni de la 5G en Allemagne

Le gouvernement allemand envisage d’interdire à Huawei de fournir du matériel 5G dans le pays, affirmant que les préoccupations en matière de sécurité revêtent une «grande pertinence».

Le ministère fédéral des Affaires étrangères allemand a confirmé à CNBC qu’une réunion interne à propos de Huawei avait eu lieu jeudi.

«La sécurité du futur réseau 5G revêt une grande importance pour le gouvernement fédéral. Le gouvernement fédéral sera guidé par cela dans le cadre de la mise en place d’un futur réseau 5G », a déclaré le ministère fédéral des Affaires économiques et de l’Énergie à CNBC par courrier électronique. Il a ajouté qu’aucune décision n’avait été prise à ce stade.

Le journal allemand Handelsblatt a annoncé jeudi pour la première fois que l’administration de la chancelière Angela Merkel envisageait activement les moyens d’exclure Huawei des réseaux 5G du pays. Cette décision marquerait un changement de position de la part de l’Allemagne, moins affirmée que ses alliés occidentaux, y compris les États-Unis et le Royaume-Uni, sur les préoccupations de sécurité de Huawei.

Huawei craint de plus en plus que sa technologie 5G permette l’espionnage chinois via les réseaux mobiles ultra-rapides. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont interdit au géant des télécommunications de fournir des équipements 5G dans leurs pays, en raison de problèmes de sécurité.

Huawei a déclaré jeudi soir dans un communiqué: “Nous nous félicitons également de l’approche de vérification et de normalisation des solutions technologiques communiquée publiquement par le gouvernement fédéral allemand”.

“Nous ne voyons aucune raison rationnelle d’empêcher Huawei de construire l’infrastructure 5G dans aucun pays du monde”, indique le communiqué.

Toujours jeudi, l’Université d’Oxford a annoncé qu’elle n’accepterait plus de nouveaux dons et parrainages pour financer des recherches de la part de Huawei.

«La décision a été prise à la lumière des préoccupations du public soulevées au cours des derniers mois concernant les partenariats entre le Royaume-Uni et Huawei. Nous espérons que ces problèmes pourront être résolus sous peu », a déclaré Oxford dans un communiqué.Interdiction allemande pourrait se propager à travers l’Europe

L’interdiction de fournir du matériel 5G aux États-Unis, au Royaume-Uni ou à l’Allemagne pourrait porter un dur coup à Huawei, le plus grand fournisseur mondial d’équipements de réseau de télécommunication. L’activité de Huawei a jusqu’à présent été résiliente, avec un chiffre d’affaires de plus de 100 milliards de dollars prévu en 2018.

Le Royaume-Uni s’interroge sur l’interdiction des équipements Huawei 5G. Le ministre britannique de la Défense aurait fait état de “graves préoccupations” en matière de sécurité. De son côté, la société de télécommunications britannique BT a annoncé que Huawei ne serait pas éligible à fournir une infrastructure 5G sur ses réseaux.

Les services de renseignements américains ont conseillé aux consommateurs de ne pas acheter les téléphones Huawei, craignant qu’ils ne puissent être utilisés pour l’espionnage.

James Chappell, cofondateur et directeur de l’innovation de la société de sécurité numérique Digital Shadows, a déclaré vendredi à CNBC par courrier électronique qu’il était possible que les problèmes de sécurité autour de Huawei puissent s’étendre au-delà de l’Allemagne, dans d’autres parties de l’Europe.

«L’Allemagne est l’un des premiers pays de l’UE à prendre cette mesure particulière au-delà de la relation à cinq yeux», a-t-il déclaré.

L’alliance «Five Eyes» regroupe l’Australie, la Grande-Bretagne, le Canada, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis comme des pays partageant un large éventail de renseignements.

“Compte tenu du rôle joué par la 5G dans les infrastructures critiques nationales telles que les services publics et les transports, il est compréhensible que des considérations géopolitiques soient intégrées dans la discussion”, a déclaré Chappell. «L’Allemagne est membre de l’OTAN et il est connu pour partager des renseignements avec d’autres membres de l’OTAN, dont les États-Unis… Je pense qu’il est plus probable que d’autres membres de l’OTAN en Europe répondent (avant les États membres de l’UE)».

Vingt-deux États membres de l’UE sont également membres de l’OTAN, dont la France, l’Italie, le Royaume-Uni et la Belgique.

Chappell a ajouté qu’à l’avenir, Huawei devrait réfléchir à la manière de répondre aux préoccupations exprimées en privé avec chacun des partenaires de l’UE.Controverse politique

Huawei est de plus en plus en proie à la controverse après l’arrestation de son directeur financier, Meng Wanzhou.

Meng, la fille du fondateur de l’entreprise, Ren Zhengfei, a été arrêtée au Canada le 1 er décembre. Les États-Unis tentent de la faire extrader pour qu’elle soit jugée pour violation des sanctions américaines contre l’Iran.

Elle a été libérée sous caution le 10 décembre, moyennant une caution de 10 millions de dollars canadiens (7,5 millions de dollars). Elle reste à Vancouver, où elle doit porter un moniteur de cheville et se conformer au couvre-feu de 23 heures à 6 heures.

La question a été considérée comme un autre sujet de discorde dans la bataille commerciale entre les États-Unis et la Chine, alors que les deux pays tentent de résoudre leurs différends après une trêve tarifaire de 90 jours.

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

À la recherche d’un suspect "dangereux" après l’attaque de Lyon, Actualité & Europe

LYON • La police française cherchait hier un suspect à la suite d’une explosion dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *