Il n’y aura pas de frontière divisant l’Irlande

p18a-h_51362607.jpg

Premier ministre britannique Theresa May a entamé une tournée au Royaume-Uni le 27 novembre pour mobiliser l’appui en faveur de l’Accord de retrait avec l’Union européenne après avoir averti ses propres députés, que s’écarter de l’UE aurait de graves conséquences économiques.

Une objection majeure du Parti unioniste démocratique (DUP), historiquement dirigé par les protestants, est ce que l’on appelle l’accord de soutien. Pour le DUP, l’idée qu’une partie du Royaume-Uni aura un régime douanier différent de celui du reste du pays est inacceptable.

May insiste sur le fait que «le filet de sécurité» ne sera jamais mis en œuvre. Cependant, on ne sait pas comment le Royaume-Uni et l’UE parviendront à un nouveau compromis sur l’Irlande après avoir été incapables de négocier un règlement ces deux dernières années. Remettre à plus tard l’impasse n’est pas souhaitable pour le DUP, car sous l’alliance parlementaire actuelle, ils ont plus de poids politique sur le gouvernement britannique.

En attendant, les partis républicains historiquement catholiques d’Irlande du Nord n’ont pas le même poids politique. Depuis 2017, il n’y a plus de partage du pouvoir entre unionistes et républicains, comme prévu dans l’accord du vendredi saint de 1998. En février 2018, le parti républicain Sinn Féin a publié des documents suggérant qu’un accord avait été conclu sur le partage du pouvoir, mais que le DUP devait saboter l’accord.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de gouvernement d’union et l’opinion publique est polarisée en raison de l’impasse politique au Brexit. Le DUP a un pouvoir politique direct à Londres, ce que n’ont pas les républicains pro-UE.

Dans ce contexte politique, la Nouvelle Europe a cherché Martina Anderson, membre du Parlement européen pour l’Irlande du Nord. Anderson est non seulement un membre éminent du Sinn Féin, mais également un ancien membre de l’IRA.

Elle a passé 13 ans en prison et a été libérée comme condition de l’accord du vendredi saint. Elle a servi plusieurs gouvernements d’union, devenant Premier ministre à la vice-première ministre Martin McGuinness en 2011-2012. Anderson est clair sur deux choses: il n’y aura pas de frontière sur l’Irlande du Nord et la guerre est finie.

Nouvelle Europe (NE): Il y a une impasse politique à la Chambre des communes qui ne permettra pas un accord sur le Brexit. Quelle est votre projection? Encourageriez-vous l’opposition à voter pour l’accord?

Martina Anderson (MA): La Grande-Bretagne a un gouvernement dans le chaos, dans un parlement chaotique.

Soyons clairs: la Chambre des communes britannique doit accepter l’accord dans son intégralité, y compris l’accord de soutien. Et il faut savoir que le backstop est mieux qu’un crash.

Une chute hors de l’UE entraînera des perturbations immédiates et graves. Des contrôles phytosanitaires devront être mis en place pour le bétail, perturbant un secteur agricole pleinement intégré. L’aviation sera perturbée car la Grande-Bretagne ne fera plus partie de l’Agence européenne de la sécurité aérienne et il n’y aura pas d’accord pour remplacer ces réglementations. Cela aura de graves conséquences économiques.

La Grande-Bretagne doit décider de ce qui est le mieux pour la Grande-Bretagne, mais nous devons prendre en compte les intérêts irlandais. Le backstop n’est pas idéal, mais le moins mauvais choix que nous avons devant nous.

Même s’il est bienvenu que les détails de cet accord de retrait contribueront à prévenir l’infrastructure physique à la frontière irlandaise et à protéger quelque peu les entreprises locales, il se trouve à un million de kilomètres de l’endroit où il doit être respecté en termes de droits.

L’Irlande est dans le pétrin à cause de la partition et le Brexit a rendu ce désordre encore plus évident.

Les citoyens d’Irlande du Nord ont voté massivement pour rester dans l’UE. Il faut comprendre que le backstop est mieux qu’un crash. Si la Chambre des communes britannique ne vote pas en faveur de cet accord, nous savons ce qui va se passer. L’UE se prépare à cette éventualité.

C’est donc au tour des Britanniques. Nous avons fait ce que nous pouvions, maintenant c’est leur responsabilité.

NE: Si nous avons un Brexit dur, les Brexiteers et le parti unioniste démocrate indiquent qu’ils sont prêts à confier la construction de la frontière à l’UE, ce qui signifie pour la République d’Irlande, pouvez-vous voir la République construire une frontière ou le Royaume-Uni ne construit pas un?

MA: Le DUP ne parle pas pour la majorité des Irlandais du Nord. Les gens devraient cesser de présenter le DUP comme critère pour l’opinion publique, car ils ne le sont pas.

Les Irlandais ne veulent pas d’une infrastructure physique pour diviser l’île. Ils ont voté massivement pour rester.

Dès le début du processus, quand David Cameron A appelé au référendum en 2015, le Sinn Féin a averti que le DUP voulait briser l’accord du vendredi saint. Ils veulent une frontière pour diviser l’île, rappelons-le, ils sont la seule partie à ne pas appuyer l’Accord du vendredi saint.

Leur seul dilemme consiste maintenant à exercer une influence de courte durée sur le gouvernement britannique par le biais de leur partenariat. Le DUP a déclaré qu’il ne soutiendrait pas l’accord. Il est donc clair qu’il souhaite une frontière dure sur l’île d’Irlande.

Soyons clairs: il n’y a pas de bon Brexit.

S’il y a une panne, il n’y aura pas de période de transition de facto. Il y aura ensuite une série de mesures qui transformeront la vie des gens pour le pire. Il était donc toujours inévitable que la discussion porte sur ce que veulent les gens – il y aura une pression énorme pour un scrutin unitaire.

Et nous sommes convaincus que les gens veulent l’unité.

NE: Si le Royaume-Uni se dirige unilatéralement vers un dur Brexit, quel sera l’effet pour les communautés transfrontalières d’Irlande? La paix en Irlande du Nord est-elle une réalité irréversible?

MA: La guerre est finie. Nous ne permettrons pas que notre paix aille dans les poubelles de l’histoire.

La guerre est venue à nous. Nous ne l’avons pas commencé. Et nous défendrons notre processus de paix.

C’est pourquoi le peuple demandera un scrutin unitaire. Et je pense que les gens verront qu’une Irlande unie est de loin la meilleure option pour sauvegarder notre processus de paix. À cet effet, des conversations sont déjà en cours à travers l’île. Ce processus ne fera qu’accélérer.

NE: Si un accord sur le Brexit, avec une solution irlandaise acceptable, n’est pas trouvé, nous aurons un précédent négatif sur deux autres frontières, à savoir Gibraltar et Chypre. Avez-vous parlé à vos collègues d’Espagne et de Chypre? Que pensez-vous devrait être la prochaine étape?

MA: Ces questions n’avaient même pas été prises en compte lors du débat référendaire sur l’adhésion à l’UE en 2016.

Ce que font les bases britanniques à Chypre, je ne le sais pas. Je ne sais pas comment la vie quotidienne à Gibraltar va évoluer. Nous discutons de ces questions avec nos camarades de notre groupe GUE / NGL, mais le Sinn Féin ne s’immisce pas dans leurs affaires.

C’est à leur peuple de choisir où il veut vivre et quelle relation il veut avoir avec l’Union européenne. Ce n’est pas à dire du Sinn Féin.

NE: Si une solution n’est pas trouvée, l’accord du vendredi saint envisage un scrutin unitaire. Pouvez-vous envisager une feuille de route politique vers un tel référendum? Dans une interview avec BB4, Sammy Wilson, porte-parole du Brexit pour le DUP, a déclaré que dans un tel référendum, une majorité simple pourrait ne pas suffire.

MA: Malheureusement, l’accord du vendredi saint précise que le secrétaire d’État britannique a le don de convoquer un scrutin unitaire; ces conditions sont spécifiées.

Ne vous y trompez pas: le gouvernement britannique subira des pressions diplomatiques pour organiser un référendum. Compte tenu des perturbations que le nord de l’Irlande a provoquées dans les négociations avec l’UE, il sera difficile pour le gouvernement britannique de résister à la convocation d’un scrutin unitaire – que nous exigerons.

En ce qui concerne les conditions d’un scrutin unitaire, nous avons toujours la démocratie.

Si une majorité de 52% en Grande-Bretagne peut entraîner les Irlandais hors de l’Union européenne et séparer l’île, une majorité comparable devrait suffire à unifier l’île.

Bien sûr, nous devrions être plus ambitieux, mais ce n’est pas au DUP de définir les conditions d’un futur référendum.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits divers

Homme accusé de la mort d’une fille de 4 ans…

Les procureurs vont demander la condamnation à mort d’un banlieusard de Chicago accusé d’avoir battu à mort une fillette...

Un chirurgien condamné à une amende de 3 000 Dollars…

Le conseil de médecine de la Floride a annoncé qu’un chirurgien de West Palm Beach avait accepté de payer...

Un ancien combattant et son épouse font don de toutes…

Un ancien combattant compatissant et son épouse font don de la quasi-totalité de leurs biens matériels aux pompiers qui...

Cette beauté jaune de la taille d’un œuf est le…

En dépit de ce que leur prix élevé suggère, les diamants ne sont pas rares. Environ 133 millions de carats , soit...

Articles recents

L’opération Grand Heist de Black Ops 4 ajoute des poursuites…

Call of Duty: Black Ops 4 reçoit une grosse mise à jour et arrive sur PS4 pour la première fois cette semaine. Operation Grand Heist ajoute de nouveaux personnages,...

Sammi Giancola veut le mariage et les enfants avec BF…

L’ancienne star de «Jersey Shore», Sammi Giancola, souffre de «fièvre infantile» et est prête à s’atteler le plus vite possible. C’est ce qu’un copain dit EXCLUSIVEMENT à HL. Nicole...

A découvrir

Découvrez dès maintenant le ebook qui va donner un coup de pouce à votre productivité!

illusions-d-optique-video
plages-cachees-newstrotteur
personnes-incroyables-newstrotteur
endroits-mysterieux-newstrotteur
science-inexpliquees-newstrotteur
mystères_jamais-resolues
Actualité