Maison / International / Europe / La famille Ghosn demande l’aide de l’ONU contre la "persécution judiciaire" au Japon et en Europe

La famille Ghosn demande l’aide de l’ONU contre la "persécution judiciaire" au Japon et en Europe

PARIS (AFP) – La famille de l’ancien chef de Renault et de Nissan, Carlos Ghosn, a présenté une nouvelle demande d’intervention de l’ONU contre ce qu’il dit être sa "persécution judiciaire" au Japon, a déclaré l’un de leurs avocats dimanche 26 mai.

Jessica Finelle a déclaré que la famille avait contacté le groupe de travail sur la détention arbitraire au Commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies pour voir si elles pourraient apporter une réparation.

Dans leur demande, les avocats affirment que les conditions de la caution imposées à M. Ghosn équivalaient à une "assignation à résidence" et visaient à l’affaiblir psychologiquement avant son procès.

Ghosn a été arrêté de façon dramatique en novembre alors qu’il sortait de son jet privé à Tokyo. Il a été incarcéré pendant 108 jours alors que les procureurs enquêtaient sur des accusations d’inconduite financière et l’accusaient de trois chefs d’accusation.

Il a finalement été libéré sous caution en mars, acceptant notamment des conditions de séjour dans une résidence désignée par le tribunal et surveillée par des caméras.

Les procureurs ont ensuite porté une nouvelle allégation à son encontre en avril et il a été de nouveau arrêté, a passé 21 autres jours en détention avant de se faire remettre en liberté sous caution une seconde fois.

L’ancien chef de Nissan se prépare actuellement à un procès pour quatre chefs d’inculpation financière, allant de la dissimulation d’une partie de son salaire à l’utilisation des fonds de Nissan pour ses dépenses personnelles.

Les avocats de la famille ont déclaré, dans la dernière demande adressée au comité de travail des Nations unies sur la détention arbitraire, que le nombre et l’ampleur des conditions imposées à M. Ghosn constituaient "une assignation à résidence, ce qui signifie que sa détention provisoire se poursuit et qu’il est toujours privé de sa liberté. ".

Les restrictions, "en particulier l’interdiction de tout contact direct avec son épouse, semblent constituer un abus visant à le fatiguer psychologiquement et à le mettre dans une position de faiblesse … en violation du droit à un procès équitable".

"Cela équivaut en réalité à une forme de persécution judiciaire de Carlo Ghosn à qui il est interdit de rencontrer son épouse, même pendant une heure en présence d’avocats", ont-ils déclaré, selon les documents vus par l’AFP.

Décrivant Ghosn comme étant "pris en otage", les avocats demandent au groupe de travail des Nations Unies de déclarer les mesures japonaises "arbitraires" et d’exhorter le Japon à "le libérer sans délai".

L’avocat Finelle a déclaré à l’AFP que même si le groupe de travail de l’ONU n’avait pas le pouvoir de contraindre le Japon à agir différemment, "c’est toujours une question d’image pour les Japonais".

Elle a dit qu’elle espérait une décision avant le début du procès de M. Ghosn, qui pourrait ne pas être avant l’année prochaine.

Lire la suite

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

De New York à Stockholm, comment les villes du monde entier luttent contre la hausse des loyers, Actualité & Europe

BERLIN (AFP) – Berlin (Mardi 18 juin) est devenu le dernier champ de bataille anti-gentrification …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *