L’Egypte refuse l’appel de l’UE pour les centres d’accueil des migrants

crise-des-migrants-europe-egypte-merkel-macron-newstrotteur

L’Egypte et quatre autres pays ont déclaré qu’ils refuseraient d’accueillir des migrants visant l’Union européenne. 

Les «centres d’accueil» font partie d’un plan plus large visant à répartir plus équitablement les demandeurs d’asile en Europe.

L’Egypte a déclaré dimanche qu’elle ne construirait pas de camps de réfugiés pour les migrants expulsés de l’Union européenne si cela lui était demandé. Cette annonce intervient après que les détails d’ un nouvel accord sur les migrations à l’échelle de l’UE ont révélé que les dirigeants des blocs chercheraient à construire des centres pour demandeurs d’asile dans les “pays partenaires” au Moyen-Orient et en Afrique.

“Les installations d’accueil de l’UE pour les migrants en Egypte violeraient les lois et la constitution de notre pays”, a déclaré le président égyptien de la Chambre des représentants, Ali Abdel Aal, au journal allemand Welt am Sonntag.

Aal, qui a coécrit la constitution égyptienne de 2014, a déclaré que son pays “compte déjà environ 10 millions de réfugiés de Syrie, d’Irak, du Yémen, de Palestine, du Soudan, de Somalie et d’autres pays” et que tous les demandeurs d’asile ont droit à des soins de santé gratuits. et l’éducation, l’Egypte était déjà à sa capacité. La seule exception, a déclaré M. Aal, concerne les migrants arrivés légalement dans le pays.

Les dirigeants de l’Albanie, du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie ont également déclaré qu’ils refuseraient de construire des centres d’accueil pour les migrants tentant de rejoindre l’UE.

Le SPD allemand rejette les centres de réception

Les centres d’accueil faisaient partie d’un accord européen que la chancelière allemande Angela Merkel a décrit dans une lettre adressée aux partenaires de la coalition samedi. L’accord inclut également le retour rapide des migrants déjà enregistrés dans un autre pays de l’UE et le renforcement de l’agence de surveillance des frontières Frontex.

Mme Merkel est actuellement confrontée à l’une des crises les plus graves de son gouvernement depuis l’afflux de réfugiés en 2015 alors que son ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, menace de fermer les frontières de l’Allemagne à cause de ses protestations. La paire devrait se rencontrer et discuter du nouveau plan de l’UE plus tard dimanche.

Pour leur part, les partenaires de la coalition de Merkel, les sociaux-démocrates de centre-gauche (SPD), ont présenté leur propre plan au magazine Spiegel qui rejette l’appel à des centres d’accueil en dehors de l’Union européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

Santé

illusions-d-optique-video
plages-cachees-newstrotteur
personnes-incroyables-newstrotteur
endroits-mysterieux-newstrotteur
science-inexpliquees-newstrotteur
mystères_jamais-resolues

Actualité