Maison / International / Afrique / Les Libyens veulent un gouvernement vraiment national et une répartition de la richesse

Les Libyens veulent un gouvernement vraiment national et une répartition de la richesse

La majorité des Libyens souhaitent un gouvernement national qui représente toutes les composantes de la société et distribue les ressources de manière équitable, a déclaré jeudi un groupe mandaté par l’ONU après de rares réunions en Libye, a  rapporté Reuters .

Les conclusions du centre non gouvernemental pour le dialogue humanitaire mettent en lumière le mécontentement généralisé des Libyens ordinaires face à la lutte entre deux gouvernements, des groupes armés rivaux, des tribus et des régions depuis le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011.

Les Nations Unies ont chargé le centre d’organiser 77 réunions dans 43 endroits en Libye afin de dialoguer avec toutes les composantes de la société, une expérience rare dans un pays où peu de gens osent s’exprimer librement par peur des groupes armés.

Plus de 7 000 Libyens ont participé aux réunions, dont environ 30% en ligne, la sécurité instable rendant difficile l’accès en personne, a indiqué le rapport de 77 pages du groupe obtenu par Reuters .

Lors d’une réunion dans la ville de Sabha (sud), secouée depuis des années par la violence tribale, des groupes rivaux se sont mis d’accord sur un cessez-le-feu afin de permettre la tenue de la rare réunion publique, a déclaré le groupe.

Les réunions visaient à préparer une conférence nationale que l’ONU souhaite organiser début 2019 après avoir abandonné le projet de tenir un vote en 2018 en raison de la violence et des divisions politiques.

La Libye devrait entamer le processus de tenue d’élections au printemps 2019 seulement après une conférence nationale pour discuter des conflits, a déclaré jeudi l’envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salame.

“Un grief commun exprimé par les participants au processus de consultation était l’absence de gouvernement qui représente et unifie véritablement la population”, indique le rapport.

La grande majorité des participants ont également convenu que la priorité immédiate d’un nouveau gouvernement devrait être la réconciliation nationale.

ajoute t-il.

Les Libyens exigent une répartition des ressources et la fin des pillages par des groupes armés de revenus pétroliers et gaziers, véritables détenteurs du pouvoir.

“Un sentiment de colère et d’amertume face à la situation économique a été fréquemment exprimé, en particulier vis-à-vis de la National Oil Corporation, de la Banque centrale et des actifs libyens à l’étranger”, indique le rapport.

A propos lenewstrotteur

Découvrez également

bnplaceholder_0.jpg

La Zambie interdit la boisson énergétique 'Viagra', Africa News & Top Stories

LUSAKA (AFP) – Les autorités zambiennes ont interdit une boisson énergisante après que les résultats …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *