Maison / Santé / Une étude révèle 38 gènes impliqués dans la perte d’audition

Une étude révèle 38 gènes impliqués dans la perte d’audition

De nombreux nouveaux gènes impliqués dans la perte auditive ont été révélés dans une vaste étude par des chercheurs du King’s College de Londres et leurs collègues. Les nouveaux gènes identifiés révèlent les voies métaboliques et les processus de régulation impliqués dans l’audition.

L’étude, qui a été publié dans la revue en libre accès Biologie PLOS, aide à comprendre la biologie sous-jacente de la surdité et constitue également une source de cibles thérapeutiques pour la restauration de l’audition.

La perte auditive progressive avec l’âge est extrêmement fréquente, ce qui entraîne des difficultés de compréhension de la parole, un isolement social accru et une dépression associée. On peut souvent en hériter, mais on sait très peu de choses sur les voies moléculaires conduisant à la perte d’audition, ce qui entrave le développement de traitements.

Pour identifier de nouvelles molécules impliquées dans la perte auditive, les chercheurs ont adopté une approche génétique et créé 1 211 mutants de souris. Ils ont examiné chacune de ces souris à l’aide d’un test électrophysiologique sensible, la réponse auditive du tronc cérébral, afin de déterminer la qualité de leur audition.

Cet écran à grande échelle de mutants de souris ciblés a identifié 38 gènes impliqués dans la perte d’audition chez les souris, qui n’avaient jamais été soupçonnés d’être impliqués dans l’audition.

Les chercheurs ont également analysé les données de l’ADN humain pour déterminer si l’un de ces 38 gènes découverts chez la souris était associé à une perte auditive chez l’adulte. Ils ont trouvé que 11 de ces 38 gènes étaient significativement associés à la capacité auditive dans la population britannique. De plus, un gène, SPNS2, était associé à la surdité infantile.

Certains de ces gènes ont révélé des voies moléculaires qui pourraient être des cibles utiles pour le développement de médicaments.

Le Dr Chris Lelliott, auteur de l’étude, a déclaré: «C’est la première fois qu’une étude de cette envergure examine les niveaux d’audition et différents types de perte d’audition chez les souris mutantes et montre la puissance des grands écrans génétiques. Auparavant, seuls quelques gènes étaient spécifiquement liés à la perte auditive liée à l’âge chez les adultes. Notre étude ajoute désormais beaucoup plus de nouveaux gènes potentiels à suivre. »

Une analyse plus poussée des gènes identifiés et des nombreux mécanismes différents dans l’oreille révélés par les mutations a suggéré que la perte auditive est un trouble extrêmement varié pouvant impliquer jusqu’à 1 000 gènes.

Les résultats de l’étude suggèrent que les thérapies pourraient devoir être dirigées vers les voies moléculaires communes impliquées dans la surdité plutôt que sur des gènes ou des mutations individuels.

Source

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Forme physique du visage: travailleur miracle ou mythe?

À l’ère de la Défi 10 ans, on a souvent l’impression que nous scrutons chaque …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *