Maison / Science / Vivre dans l'espace rend nos corps plus sensibles aux infections

Vivre dans l'espace rend nos corps plus sensibles aux infections

des souris

Les souris ont longtemps été utilisées pour la recherche biomédicale sur Terre, mais au cours des dernières décennies, elles ont été de plus en plus emmenées dans l’espace pour aider les scientifiques à mieux comprendre comment la microgravité peut affecter les organismes biologiques. (Crédit: Institut national du cancer / Wikimedia Commons)

Même seulement 30 jours dans l’espace peut réduire de manière significative la capacité de notre système immunitaire à combattre les infections, suggère une nouvelle analyse de souris ayant passé un mois à bord d'un vaisseau spatial en orbite.

La recherche, publiée le 6 décembre dans la revue Fédération des sociétés américaines de biologie expérimentale, est une analyse récente des données de la mission Bion-M1, un projet mené en collaboration par la NASA et l'Institut russe des problèmes biomédicaux en 2013.

Souris de l'espace

Dans le cadre de l’étude, une équipe internationale de chercheurs comparé trois groupes distincts de souris. Les deux premiers groupes ont passé 30 jours en orbite autour de la Terre à une altitude de 360 ​​km (575 km), tandis que le troisième groupe, qui servait de contrôle, est resté sur la planète dans des conditions d’alimentation et de logement similaires. L'un des deux groupes de souris liés à l'espace a été examiné immédiatement après son retour sur Terre, tandis que l'autre a été évalué une semaine plus tard.

Selon l'étude, qui a analysé les protéines présentes dans les os du fémur du rongeur, les chercheurs ont révélé que vivre dans un environnement de microgravité même pendant 30 jours suffisait à réduire considérablement la capacité de la souris à produire des cellules du système immunitaire vitales, et cet effet persistait même après une période prolongée. semaine en toute sécurité sur Terre.

Bion-M1

Bien qu'une série de pannes d'équipement, y compris un système d'alimentation défectueux, aient tué plus de la moitié des souris embarquées sur le biosatellite Bion-M1, il a survécu de suffisamment de spécimens pour que les chercheurs puissent toujours obtenir des informations précieuses sur les effets du vol spatial sur le corps. L'ouverture de la trappe Bion-M1 après le vol est visible ici. (Crédit: IMBP)

Spécifiquement, les souris liées à l'espace ont subi une réduction de plus de 40% de leur nombre de lymphocytes B (ou de cellules B). Comme ces lymphocytes sont nécessaires à la production d'anticorps, les chercheurs affirment que la pénurie de lymphocytes B peut aider à expliquer pourquoi de nombreux organismes – y compris les astronautes – ont tendance à être plus sensibles aux infections pendant les relais dans l'espace.

"Nous espérons que ces découvertes encourageront l'exploration de contre-mesures visant à améliorer la santé des astronautes et à accroître la sécurité des vols spatiaux", a déclaré le co-auteur Fabrice Bertile, chercheur au département des sciences analytiques de l'Institut multidisciplinaire Hubert Curien en France. communiqué de presse. "De telles préoccupations revêtent une importance majeure à un moment où les agences spatiales envisagent des missions habitées vers la Lune, des astéroïdes et même Mars dans un proche avenir."

Au-delà des astronautes

Mais ces nouvelles connaissances sur les effets du vol spatial sur le système immunitaire ne s'appliquent pas seulement aux astronautes. Un nombre important de personnes sur Terre sont immobilisées ou mènent des vies sédentaires, des situations qui affectent également le système immunitaire de manière similaire à la microgravité. Les recherches futures sur l'impact de la microgravité sur le système immunitaire pourraient avoir de graves conséquences pour des millions de résidents de la planète.

À l’avenir, les chercheurs suggèrent que de futures études devraient examiner si des missions plus longues sont plus préjudiciables au système immunitaire que des missions plus courtes, ainsi que pour déterminer en quoi les anticorps produits dans un environnement de microgravité sont qualitativement différents de ceux produits sur Terre.

[This article originally appeared on Astronomy.com]

Source

Partenariat Newstrotteur

A propos newstrotteur-fr

Découvrez également

Baby-Grady.jpg

Les testicules congelés rétablissent la fertilité chez les singes, offrant de l’espoir aux survivants du cancer infantile

Grady bébé à 2 semaines. (Crédit: OHSU) Les cancers infantiles privent les enfants de leur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *